Mon 11 septembre 2001 (fragment)


… Et vous, vous avez gardé quels souvenirs du 11 septembre 2001 ?

posté le par obion dans Notes BD
Tags:

201 Réponses à Mon 11 septembre 2001 (fragment)

  1. Valiero

    je rentrais de cours a pieds, par un bel après-midi ensoleillé, et quand je suis arrivée a la maison un ami de mon petit frère en est sorti en disant « y’a plus d’amerique! l’amerique a explosé »
    J’ai plus ou moins ignoré cette énième démonstration de son insalubrité mentale, jusqu’à ce que je m’aperçoive que mon père n’était pas dans son bureau comme d’habitude, mais devant la télé du salon, ce qui n’était pas normal.

    Très belle note par ailleurs :)

  2. Estelle

    En effet, cette coordination entre l’image et le son m’avait beaucoup troublée à l’époque également… Dès que j’entends cette chanson, j’y associe les tours jumelles. Étonnant !
    Merci pour ce blog !
    Bonne soirée

  3. -- s e b

    Comme tout le monde, je me souviens de ce que je faisais quand j’ai appris la nouvelle.
    J’étais en train de subir une échographie avant une opération et c’est l’échographiste qui m’a annoncé ça.

    En rentrant chez moi, j’ai passé l’après-midi entier hypnotisé devant l’écran de télé…

  4. Benj

    Pfoulala, moi je l’ai vu presque en direct à la télé dans un pub à Dublin, les petits vieux de la table à côté comprenaient pas ce qu’il se passait il a fallu leur expliquer…
    Après j’ai passé la nuit entière à regarder les mêmes images en boucle sur toutes les chaînes, c’était morbide et fascinant.
    Peu après j’ai eu le Noir Dés’ et je me suis dit aussi que c’était incroyablement prémonitoire!

  5. Lapuss

    Je sais de source sûre que le 11 septembre n’est qu’un complot grotesque. Le spécialiste de la question du terrorisme international, le professeur Jean-Marie Bigard a affirmé que les avions étaient en réalité des missiles. Evidemment pour vos yeux de profanes, vous voyez un truc voler, vous pensez avion…Mais non…

    Plus sérieusement j’étais devant ma télé ce jour-là, c’est le genre de truc qui glace le sang, et qui passionne malgré tout. Sensation très bizarre quand la théorie de l’accident se change en attentat…

  6. Gally

    J’étais dans mon année d’expat à Amsterdam. Je regardais tranquillement un des rares film en noir et blanc que j’avais pu capter en français quand crac ! A 10 minutes de la fin ils me passent les infos. Je ne saurais jamais la fin de ce film.

    D’ailleurs j’y pense, c’est rigolo, pour un type dans mon campus la version sera « Je passais tranquillement dans le couloir quand crac ! Y’a une française affalée devant la télé qui m’a interpellé ». :D

  7. Giant Panda

    A l’époque je travaillais encore au magazine Nouvelle Vague, dans les environs de Nice. Notre local était un peu fermé de tout, des disques tournaient toute la journée sur la platine, donc nous n’écoutions jamais la radio. J’ai passé un coup de fil au label Mercury pour demander qu’on m’envoie l’album vert de Weezer (je m’en souviendrai toute ma vie). Le mec au téléphone était complètement déconfit. « Ca a pas l’air d’aller », lui dis-je. « Ben non, avec ce qu’il se passe à la télé… », et il me raconte les tours, les avions… Je lui réponds qu’il doit halluciner, que c’est un film, que c’est pas possible… Le soir en rentrant, j’allume enfin la télé. C’était pas un film.

    Dans le genre troublant, à part Noir Désir, tu as le premier album des Moldy Peaches (groupe d’antifolk indé récemment popularisé par le film Juno) qui sortait aussi le 11 septembre et dont un des morceaux s’intitule « New York’s a graveyard » (« New York est un cimetière », pour les non-anglophones)…

  8. Lio

    Le 11 septembre 2001, j’étais malade, j’ai émergé en fin d’après-midi, en nage, avec une fièvre de cheval. Je me suis levé et j’ai mis la radio, pour avoir une idée de l’heure. Un type racontait un truc dingue, un avion dans les tours du World trade center… J’étais en train de me dire, du fond de mes vapes, que c’était de pire en pire ces films hollywoodiens, quand il a annoncé qu’un deuxième avions venait de se planter dans l’autre tour. Là, j’ai trouvé le teaser un peu long, et j’ai décidé d’aller voir les infos sur le Net. Quand j’ai vu que pas un seul site d’info ne fonctionnait, j’ai réalisé qu’il se passait un truc louche… J’ai passé la soirée à écouter la radio. Bizarrement, je ne me souviens pas de la réaction de mon colocataire.

    Super note, et super idée. A ressortir pour les 10 ans de l’attentat…

  9. p0ulpe

    pour ma part j’avais 11 ans et j’rentrais du college…

    du coup bah j’ai passé comme tout le monde ma soirée devant l’ecran

  10. abirato

    3600 morts qui en engendrent d’autres aujourd’hui encore. Triste histoire, non? Mais elle a commencé quand au fait? Et qui décide que la valeur d’une vie est plus grande que celle d’une autre, ailleurs, plus loin. Un fait divers? Une guerre? Tout est sur le même plan: y a un truc qui cloche pour moi! L’indifférence et l’orgueil, le manque de respect, la surmédiatisation. Voilà ce que je me suis dit le 11 septembre 2001

  11. Obion

    Moi j’ai vraiment succombé à la fascination morbide. C’est terrible : les jours suivants j’attendais les nouveaux attentats, j’étais déçu quand il s’agissait d’un pauvre attentat d’ambassade avec au plus une dizaine de morts et aucune image filmée en direct mais juste des images des décombres.

    Brrr

  12. abirato

    Je repense aussi à la « vengeance » américaine qui a pris des noms d’opération improbables, qu’ils ont même changé deux fois il me semble bien.

  13. Moktoipas

    Moi je l’ai appris en cours d’anglais, en Terminale.

    Un des élève de ma classe est arrivé en disant qu’un avion s’était écrasé dans une tour.
    Ce n’est qu’en rentrant chez moi que j’ai vraiment compris ce qui se passait.

    Ce soir la, c’est aussi la première soirée que j’ai passé en tête à tête avec mon amoureux, chez mes parents.
    Je me souvient encore de ce moment comme si c’était hier. Pétrifié par l’horreur de la scène que par ces premiers et très timides contacts amoureux.
    Le télescopage de ces deux sentiments a vu émerger un gagnant: l’amour, via la découverte de la main de cet homme.
    Ma fébrilité et ma confusion a complètement anesthésié la télé.
    Elle n’était la que pour meubler le silence, lorsque que j’étaiq hésitant à avancer ma main sur la sienne.

  14. abirato

    J’avoue que la fascination morbide cathodique s’était emparée de moi aussi. Enfin un truc énorme qui va avoir des conséquences pour nous! et… Sarko est arrivé.
    La révolution c’est faire un tour sur soi-même.

  15. ann-aël

    Premier commentaire… Je vais faire ma groupy !!! Hiiiiiiiiii, j’adoooooore ton blog (ceci dit, j’adore celui de Gally aussi !! Et je suis le Love blog avec beaucoup de plaisir :) )

    Moi aussi je me souviens de ce jour…

    Merci pour ton blog !!

  16. gio

    Sur cette BD tu as l’air tout jeune comme si tu racontait un souvenir d’adolescence ou quelque chose comme ça…alors que c’est tout frais. Enfin moi j’ai l’impression que c’est encore récent, et que je suis toujours le même bonhomme.

  17. Obion

    gio: ben ouais, y a 7 ans j’avais pas encore perdu mes cheveux et je n’avais pas de barbe, ça change beaucoup de choses ! :)

  18. abirato

    mon NB: très bel album, j’adore les arrangements d’Akosh S! Moins rocks pour noir dez, plus produits, mais… très bons!

  19. Obion

    Estelle> Moi aussi cette chanson me rappelle toujours le 11 sept.

    Lapuss> oui, c’est vrai que le passage de la théorie de l’accident à la certitude d’un double attentat était carrément flippant !

    Giant Panda> Pour les moldy peaches, en effet, c’est incroyable !!

    Lio> ou alors je raconterai autre chose pour les 10 ans… :)

    abirato> Un fait divers ? Un triple attentat aérien contre les états unis, sur leur territoire ? Avec des cibles aussi symboliques… Le pentagone, l’endroit le plus protégé du monde, touché de plein fouet… OK il y a eu moins de morts que dans une guerre, mais c’est quand même un évènement majeur de notre histoire non ? Ce n’était pas juste une fantaisie médiatique, la prise de conscience que le gendarme du monde occidental était vulnérable.

    Moktoipas> C’est touchant ! :)

  20. Lapuss

    Je sais pas si quelqu’un se rappelle, mais y’avait eu un truc à moindre échelle évidemment, en France, avec un Boeing pris en otage au sol. Ou le GIGN a du intervenir (je sais plus l’année)
    Ils avaient couvert tout en live, c’était extra.

    Obion> En fait moi j’attendais pas spécialement de nouveaux attentats, j’attendais la riposte américaine…Je suis en train de me demander si finalement la génération de trentenaires qu’on est n’attend tout simplement pas une nouvelle guerre mondiale. Serait-on devenu cinglé ?

  21. Obion

    Lapuss> Oh ouais! P’tain !! Une nouvelle guerre mondiale, ce serait top ! Et puis ça relancerait l’économie !

  22. abirato

    Je n’ai pas dit que le 11 septembre était un fait divers, mais juste que les médias mettent les disparitions d’enfants de pétaouchnock-les-bains retrouvés sains et saufs deux jours après, les guerres, les élections, les tsunamis et l’hibernation des marmottes du Vaucluse sur le même plan tout en oubliant d’autres événements simultanés tout aussi importants. Ca m’insupporte, et m’insupportait particulièrement ce jour-là. C’est comme s’il n’y avait rien d’autre au monde tout ça pour que deux jours après, on revoit nos fidèles marmottes parce qu’elles ont réussit l’exploit d’accouché en captivité: permets-moi d’en souligner l’absurdité.

  23. abirato

    y a aussi eut l’affaire de la bombe (basque je crois) et la rançon de ministre Sarko très peu de temps après, et l’usine sevezo. La fin du monde est proche les ami-che-s!

  24. paka

    l’image avec les trois arbres est tout simplement sublime =)

  25. cam

    J’ai vu le web tomber… et un stagiaire de Libé avoir l’idée de génie : remplacer le site du journal par une bonne vieille page HTML 1.0 rééditée toutes les 5 minutes avec un logo de Libé tout pixellisé !

  26. Archie

    Bof. Moi, j’ai une mémoire très courte.

  27. Inti

    Alors moi j’étais au Nicaragua chez mon père, il devait être 10h du mat (je faisais la grasse matinée), et mon papa me réveille à coups de « Viens voir! Les Etats-Unis se sont fait attaquer! »

    J’avoue que dans ma tête comme dans celle de beaucoup de latinos, c’est un truc que j’attendais depuis longtemps et j’étais à la fois surpris et à la fois pas. J’attendais ça pas pour les morts mais pour le côté symbolique; genre « c’est leur tour » (pour ceux qui voudraient me jeter des pierres, allez d’abord voir l’histoire du Nicaragua et de l’Amérique latine en général). Mais l’ampleur spectaculaire du truc dépassait tout ce qu’on pouvait imaginer, et les images des gens sautant dans le vide est restée imprimée à jamais dans ma mémoire. J’ai eu autant d’empathie pour les victimes que lors de n’importe quel autre bombardement.

    Evidemment ce jour-là ont fusé les observations catastrophées, les mauvaises blagues, la théorie de l’auto-attentat, les rapprochements avec le 11 septembre 1973 (qui est une date tout aussi funeste puisqu’elle correspond au coup d’état par Pinochet au Chili), mais surtout la remarque, vérifiée depuis, que dorénavant ils auraient le droit de tout faire sous prétexte de venger leurs morts.

  28. chester

    Moi, j’étais en cours d’économie, au secondaire. J’avais 14 ou 15 ans et j’ai passé la journée dans l’ignorance. Tout le monde en parlait et moi je n’en savais rien. Quand je suis rentré, c’est la que j’ai compris. Il était 3h00 de l’après-midi, il s’en était passé des choses. Les images passaient en boucle, ça avait l’air irréel. Même si je suis au Québec, je n’ai pas vécu ca comme si c’était proche de chez moi. Mon père, qui est militaire, comprennait toutes les conséquences de cette histoire et à tout moment il pouvait recevoir un appel d’urgence. J’ai eu beaucoup plus peur de voir mon père partir que des terroristes ^-^
    Heureusement, le canada s’est tenu tranquil un petit moment et mon papa est resté sagement à la maison (ouf!) Le 11 septembre, ca évoque en moi une espece de flou chaotique. Les aéroport bloqués, à la télévision on voyait la panique s’en prendre à Montréal et la ville de Québec. Moi, j’étais bien en sécurité dans ma petite région de la montérégie. Ca été une période plutôt de questionnement que de tristesse. À force de revoir toutes ces images remontées dans un ordre extreme et dramatique et ultra sentionnaliste, ca m’a un peu désensibilisé. Bref, peut-être que si j’avais été un peu plus vieux, j’aurais vraiment pu réaliser le drame. :D

  29. Docteur Peuplu

    Quelle coïncidence quand même !!! Ca nous rajeunit pas n’empêche.

    Pour ma part je rentrais de classe et on m’avait appelé pour me dire d’allumer la TV. Les deux avions étaient déjà dans les tours. C’était surréel.

  30. Docteur Peuplu

    Et en passant, je suis tout à fait d’accord avec paka. Excellente idée, très réussi. Bravo.

  31. chibi_esukarugooo

    ce jour-là, je bossais, un collègue est remonté de la salle de pause (où on a la télé) en disant ce qui s’était passé, mais comme il était un peu confus, on n’a pas trop écouté, et puis il avait pas l’air tellement terrifié. Puis un à un on est descendus en pause pour remonter bosser complètement hagards, sauf un collègue qui a claironné « ils l’ont bien cherché, ces américains », j’ai trouvé ça horrible.
    Ensuite j’ai passé mon après-midi à me dire qu’on en était malades à cause de la violence des images (ces gens qui sautaient, quelle horreur..) mais qu’en fait des trucs horribles il s’en passe tous les jours pendant des conflits partout dans le monde, lmais que contrairement aux Twin Towers, on s’en foutait, alors que ces gens vivent:voient aussi des horreurs, et j’ai vraiment eu une grosse grosse déprime pendant plusieurs jours :S

    de plus, le 11 septembre, c’est l’anniversaire de mon petit frère, pour dédramatiser (tout me monde lui parlait que de ça et avait oublié son anniv) il disait d’un ton triste « oué, Ben Laden m’a offert deux grosses bougies… »

  32. ak

    Je trouve que que cette planche est trop bien et que t’es un enfoiré de tueur mental, à tel point que je te pardonne d’avoir eu recours à un immonde « Et vous (…) ? » de fin de note :)

  33. SLO

    Bah moi j’étais dans un squat en pleine garrigue provençale, à me défoncer la gueule avec un pote, entouré de chats.
    Puis un autre pote est arrivé, avec une Leffe Triple et une Jeanlin dans chaque main, et il a dit: pitain les gars c’est trop la fête: le monde part en couilles!
    Et nous: « quoi? »
    lui: « pitain, chuis trop heureux de vous l’apprendre: ya un avion qui s’est écrasé sur les twin towers! »

    Le reste est assez vague, on a fait la fête, on a parlé de tout et n’importe quoi mais surtout de Fin du monde, et on s’est aperçu que un mois plut tôt j’avais dessiné deux immeubles en flammes sur l’une des planches de bois du squat…
    Et puis le soir, à m’engueluer avec mes parents: « rien à foutre de ces cons d’économistes bureaucrates, en cas de guerre mondiale je déserte! »
    Mine de rien, étrange comme on se rappelle précisément de cette journée; les ‘ricains ont déjà connu ça le jour de l’assassinat de Kennedy, et nous le 11 mai 68…

  34. Ludivine

    La note et les commentaires sont intéressants à lire.

    Pour ma part j’étais en quatrième, c’était la veille de mes 13 ans.
    C’est fou, ça me semble tout près et je me souviens de plein de détails.
    Dans le mini-bus qui me déposait chez ma grand-mère la conductrice commentait l’événement avec un autre élève. Je n’ai pas compris.
    Je me souviens du fauteuil dans lequel je me suis assise chez Mamie, de mon étonnement en voyant la même chose sur toutes les chaînes, puis l’attention avec laquelle j’ai regardé. Les « Oh my God! » répété des centaines de fois, toujours les mêmes images : une femme (ou un homme?) en haut d’une tour, agitant quelque chose de blanc et pleurant au bord de la fenêtre, quelqu’un sautant dans le vide (on nous a montré des meurtres et un suicide en direct), les avions qui rentrent si facilement dans les tours. Je me souviens même d’une maquilleuse venant poudrer un journaliste en direct et celui ci qui l’envoie balader. J’étais fascinée, j’avais envie de pleurer et en même temps je ne comprenais pas pourquoi, pourquoi ça?!
    Le lendemain, en cours d’Allemand, on débattait. Une élève s’étonnait que les pilotes n’aient pas préféré écraser l’avion dans une zone vide plutôt que d’aller mourir sur les tours et mon prof avait dit quelque chose qui ressemble à ça : « Si ta ville est inondée et que l’eau monte dans ta maison, tu vas d’abord monter au premier étage, puis au deuxième, puis sur le toit dans l’espoir que ça s’arrête ».

  35. Lucas

    Oui c’est bien trouvé.

    Pour ma part j’avais 11-12 ans, je faisais du skate dans la rue avec mes potes. Quand je suis rentré j’ai vu mon père affolé devant la télé, j’ai regardé vaguement mais je me suis pas vraiment rendu compte de ce qu’il se passait ni de l’ampleur de la chose, pour moi je crois que c’était juste un attentat de plus. Je me souviens que mon père m’a interdit de faire du skate dans la rue pendant plusieurs jours après ça. Bien sur j’avais vu que c’était grave, et comme tout le monde j’ai regardé la télé toute la soirée, mais j’ai mis pas mal de temps à comprendre à quel point ça avait été traumatisant pour le monde entier; plusieurs mois, peut être même plusieurs années.
    Le lendemain tout le monde en parlait au collège, surtout pour sortir les blagues de circonstance, celle des deux tours et du fou et d’autres dont je me souviens plus -la géopolitique a 12 ans ça vole pas bien haut. Ça a pas vraiment bouleversé mon quotidien, et j’ai pas ressenti d’avant/après, j’ai l’impression d’avoir toujours vécu dans un monde post 11 septembre.

  36. Fantomette

    C’est marrant, en fouinant hier soir dans ma boîte à chaussures avec dedans les courriers qu’on s’échangeait avec mes potes quand on était ados.
    J’ai retrouvé celle que mon pote Ben m’avait fait passer en plein cours d’italien il y a 7 ans jours pour jour aujourd’hui, m’expliquait qu’Israel avait détourné deux Boeing, et fait péter un dans le World Trade Center, l’autre dans le World Financial Center, qu’Israel et les USA avaient la bombe H et qu’on allait tous mourir, que nos enfants ne connaîtraient jamais nos préoccupations et que je voulais te dire que je t’apprécies plus que tu ne le penses, je voulais te dire avant de mourir que tu es une super amie.
    Bref, à peine de quoi me faire paniquer pendant tout le cours de rital avant de me jeter sur la radio en rentrant à l’internat (ben oui, pas de télé avant 20h à l’internat…) et de me dire « Ouf, c’est « que » des terroristes, pas Israel, on va pas mourir » et d’appeler Ben pour lui annoncer la bonne nouvelle.

  37. TERREUR

    c’est vrai… j’ai appris ce qui se passait chez mon disquaire, album en main, « le grand incendie » en fond sonore…

  38. tit

    Pour ma part, le 11/09/01 je nageais avec des tortues, et des amis, dans l’océan indien, près d’une micro île indonésienne sans télé et sans presse. On n’a appris ce qui s’était passé que le 14/09… le 18/09 quand nous avons voulu prendre notre avion de retour, hormis le typhon sur taïpeï qui nous a obligé à une escale plus longue que prévue, je me souviens surtout de tous les américains en larmes qui ne pouvaient rentrer chez eux car les aéroports étaient fermés, qui voulaient rentrer pour défendre leur pays… Finalement de retour en France j’ai du passer qqs coups de fils pour savoir si mes amis en stage à NY étaient vivants. 2 jours + tard j’ai à nouveau du passer qqs coups de fil pour savoir si mes amis de Toulouse allaient bien… Ce fut une chouette rentrée…
    Sinon, nager avec des tortues c vraiment magique…

  39. ulfablabla

    Tiens, pareil, après avoir vu ça à la télé, je suis allé chez un disquaire, ils ne passaient pas noir désir, mais c’était quand même l’effarement là-bas. oui, vraiment, ce qu’on en pensait tous je crois à l’époque, c’est que c’était « incroyable ».
    avec le recul, c’est surtout le fait que ça nous montre bien que la médiatisation d’un évènement en fait toute son importance.
    c’est en plusieurs années certes, et ça n’est pas le même contexte, mais il y a eu plus de 10 fois plus de morts irakiens suite à la guerre et pas grand monde pour se dire que « c’est incroyable »
    il y a eu également plus de deux fois plus de soldats américains tués en irak que de morts au wtc. ça, les américains le digèrent déjà beaucoup moins bien…

  40. Torcafol

    A l’époque je fumais, et je n’avais pas de télé. J’étais descendu acheter des clopes au bar en face de chez moi et j’ai senti quelque chose de bizarre, puisque tout le monde regardait la télé. J’ai finin par demander ce qui se passait et on m’a dit. J’ai passé une heure à regarder la télé en boucle dans le bar.
    Une semaine plus tard, je récupérais une classe de sixième et je leur ai proposé de faire un travail là-dessus. Les enfants étaient hypnotisés par les images des gens se précipitant des tours en désespoir de cause. Je m’en suis rendu compte au bout d’une semaine et j’ai caché l’ensemble de leurs travaux pour ne plus qu’ils y pensent. La vie devait continuer.

  41. Obion

    AK> eh ben je ne regrette pas du tout mon « Et vous (…) ? », vu les tranches de vie que les gens ont raconté. Je devrais le faire plus souvent ! Inti au Nicaragua, tit en Indonésie avec les tortues, un autre tout simplement à l’école ou au café, etc. etc. J’adore lire toutes ces histoires !

  42. goubliboulga

    Une bouffée d’angoisse, des larmes et le vide…

  43. Gaïa

    Le 11 septembre, je revenais de l’école, et j’avais faim, alors j’ai pris un yop dans le frigo, et j’ai allumé la télé. Ensuite, j’ai mis la 1 : des infos, la 2 : des infos. Puis j’ai réfléchi… Des infos à 17h ? J’ai regardé, et là, tout ce dont je me souviens, c’est que j’ai pleuré, pleuré, et quand mes parents sont arrivés, ils ont pleuré aussi.

    Voilà. J’avais un ami dans un immeuble à deux pas du WTC…

  44. abirato

    Obion, as-tu caché Ben Laden dans l’image des trois arbres? 7ans… Avoue ou c’est à Guanatnamo que tu verras les tortues! Tu peux déjà dire au revoir à tes amis gauchistes!))

  45. Nerval

    Superbe note, et cette image ou les décors forme une tête de mort…

    Wouha.

    Bref, oui je m’en souviens. Retour de fac, il faisait chaud. Je ne sais plus si quelqu’un me l’a annoncé ou si je suis tombé dessus directement en allumant la télé. Je suis resté scotché. J’ai appelé ma copine, puis ma mère.
    Et puis je suis resté devant la télé.

  46. Nonim

    J’étais dans le Queens donc pas loin de New York. On a entendu comme une sorte de bruit mais pas tellement sur.

    On s’est demandé ce qui se passé, on a eu les images peu de temps après. Là où cela m’avait marqué, c’était cet homme qui courait dans la rue en hurlant que les russes attaquaient.

    Voir que les américains ont encore ce genre de pensée sur le coup, j’ai ri.

  47. Yvic

    J’était au lycée à l’époque, et le décalage horaire faisant, je suis rentré de cours juste avant que le deuxième avion rentre en scène. Je suis resté abasourdi devant ma télé toute la soirée, sans vraiment y croire. Je me souviens en particulier que la prof de math de l’époque nous a dispensé de devoirs le lendemain et que je m’en suis vraiment réjoui

  48. abirato

    Il marche pas ton correcteur d’orthographe des commenrtaires? « Accoucher » E-R , Guantanamo et pas Guanatnamo enfin!

  49. Laurent

    Obion >Estelle> Moi aussi cette chanson me rappelle toujours le 11 sept.
    Tiens, je ne suis pas seul ^^ , pour bien connaitre l’album ce n’est pas la seule chanson qui semble être Nostradumussienne …

    Sinon, pour moi, passage de mon diplôme, donc atelier (ceux ou on gribouille dans un joyeux bordel) notre prof de méca qui est un grand déconneur nous annonce cette nouvelle, impossible de le croire avant de voir les images. Je me rappelle ça tête qui nous dit : » Mé NoOn, c’est pas une Putaing de Blagueux ».

  50. Garneuil

    Pfiou ! Belle planche :o Magnifique la tête de mort !

    Le 11 septembre 2001 j’étais en cours au lycée quand c’est arrivé. Je ne saurais plus dire quelle matière, car c’est seulement le sôar en rentrant à l’internat que j’ai vu les images. Tout l’internat était regroupé devant l’unique télé du rez de chaussée. Assez surpris car la séance télé est généralement plus tard, je demande quel film c’est. « C’est pas un film, c’est New York en vrai » m’a-t-on répondu, à quelque chose prêt. Je ne saurais le rappeler mot à mot, car j’étais déjà plongé dans l’incrédule contemplation, ayant percuté en entendant les commentaires affolées des journalistes.

    Merci pour ce rappel Obion.
    C’est étrange comme on a tous pu être marqué ainsi par ces évènements. Mais est-ce tellement le fait de vôar autant de morts alors qu’on en entend simplement parler à la radio d’habitude ? ou bien plutôt de vôar s’écrouler le mythe de l’américain inébranlable en même temps que ses tours ?

  51. pluche

    Le 11 Septembre 2001?
    J’avais l’impression de voir un mauvais film, avec un president Ricain elu par ses avocats, bête comme ses pieds et inculte jusqu’à la caricature. Et ce type est passé du président le plus pathétique de l’histoire de l’humanité à l’homme leplus puissant du monde en quelques heures.
    Et oui, c’était la sortie de Noir Dez.
    Et ça aussi c’était bizarre.

  52. Obion

    hum… pluche> Il n’en avait peut être pas l’air avant mais c’était déjà l’homme le plus puissant du monde hein ! :)

  53. Aco

    Le 11 septembre 2001, ça faisait précisément 15 jours que mon amoureux et moi étions ensemble. L’été se terminait en beauté, on ne pensait pas à grand chose d’autre qu’à nous, à la rentrée prochaine en fac… En me ramenant chez mes parents, nous arrivons dans le salon, la télé allumée sur une tour en flammes.
    Je n’arrivais pas à croire à l’énormité de l’évènement. C’était irréel.
    On s’est tenu la main, en se disant que le monde allait vraiment changer, en se demandant tout ce que ça allait pourvoir impliquer.

  54. abirato

    Que pensez-vous de la théorie du complot? Rappelez-vous juste qu’ils ont retrouvé un passeport de terroriste dans les décombres alors que les deux avions, eux, se sont désintégrés. Ca fait rigoler, mais c’est quand-même ce qui a médiatiquement justifié/confirmé la cible Irakienne au moment ou Bush jouait au golf devant les caméras de CNN. Et enfin il a été dit qu’il y aurait pu y avoir 40 000 et 200 000 morts s’ils n’étaient pas tombés ce jour-là à cette heure-là et de cette manière précise (étage, 60 000 employés dans les tours et les passants, etc.). La probabilité est troublante. En vrai je m’en fous, c’est juste intellectuellement vertigineux, non?

  55. snaps

    Pour ma part, j’etais au boulot, la mere d’un collegue nous a telephone pour nous annoncer la nouvelle. Comme beaucoup j’ai commencé a y croire quand j’ai vu qu’internet était « cassé ». Plutot que d’appeler mon FAI, j’ai décidé de retourner chez moi, en train. Et la dans la gare de Lille j’ai trouvé un point positif a tout ca : ca a rapproché tout le monde. Les muets avec qui je prend le train sans échanger un mot depuis des années avaient trouvé un sujet de conversation. Le seul hic, c’est que pour reproduire ca, il va falloir trouver une idée encore meilleure, parce qu’une « simple guerre » ne suffit pas…Ou alors une guerre chez nous mais bon.

    tres belle note et entre nous, tu devrais te laisser pousser les cheveux :)

  56. Agnès

    J’ai rigolé.
    J’ai bêtement rigolé, quand ma collègue de bureau me l’a annoncé, en pensant que c’était une blague.
    Pas de télé à l’endroit où nous travaillions à l’époque. Juste un tout petit bureau, et le boss n’était pas encore arrivé. Ma collègue était au téléphone, en larmes, quelqu’un venait de lui apprendre la nouvelle.
    Quand la seconde tour a été touchée, là je n’ai plus rigolé du tout. On est parvenues à se dégoter une radio, et on a écouté les infos, sous le choc.
    Pour la petite histoire, cette fille visitait NY la veille des attentats, elle était revenue dans la nuit, et c’était son premier jour de reprise de boulot. J’ai toujours la carte postale qu’elle m’a envoyée, avec le cachet de la poste daté du 10 septembre. Ca fait froid dans le dos, à quelques heures près…. Autant dire qu’elle était carrément plus choquée que moi. Quand j’ai quitté le bureau ce jour là, j’ai regardé le ciel en me disant que la guerre avait commencé, qu’un avion pouvait surgir n’importe quand, et qu’il fallait que j’aille vite récupérer mes enfants à l’école.

  57. Pierrot

    Mes soeur m’a appelé pour me dire : « Il y a eu un attentat, nos parents sont à NY, ils vont bien ». Alors j’ai allumé la radio.

  58. Maraud

    Moi j’étais en séminaire d’intégration. Ni les secondes années, ni nos profs n’avaient de radio ou de journaux mais une rumeur venue ne nulle part a commencé à circuler « 50000 morts aux Etats Unis / terroristes / début 3ème guerre mondiale »
    Finalement on a réussi à capter les infos sur un petit walkman qui faisait FM et on a vu les dégats à la TV à notre retour. C’est fou de voir à quel point chacun se souvient de ce qu’il faisait quand il a appris la nouvelle.

  59. Noiseb

    J’étais, égoïste, peu être curieux, à l’arrière d’une voiture sur le retour de vacances dans les bras d’hélène ma nouvelle petite amie de l’époque.

  60. liliplum

    J’étais nounou. Je suis allée chercher le petit garçon à l’école, et quand on est entrés, son père était à la maison, rentré exprès. Il nous a accueilli en disant: « On va avoir une troisième guerre mondiale! » Je n’ai rien compris. J’ai regardé les images. Moi qui n’ai jamais eu la télé, toutes ces images ne m’ont pas semblé très réalistes. C’est seulement apèrs, en lisant les journaux, que j’ai pris conscience de la gravité des évènements. Mais je ne pouvais pas regarder les photos, elles me donnaient et me donnent encore la nausée. Je pense toujours aux familles des gens qui ont été filmés en train de se jeter des tours. Voir son père qui meurt à chaque repas en live pendant une semaine, ça doit pas être super cool.
    Ton post est touchant. :)

  61. enkidu pi

    Je me souviens de cette belle fin d’été dans le Sud, nous étions parti voir une amie de la famille dans le vieux Tarascon. Les cigales avaient disparu, la chaleur était douce, il faisait bon dans la maison et le petit verre de digestif était frais.
    Quand notre beau frère m’a appelé pour nous dire « allumez la télé » et nous avons allumé la petite lucarne.
    Et après plus rien n’a été dit dans la maison pendant 1 heure, on était scotché au hublot lumineux.
    Par contre, sale optimiste que je suis, j’ai juste pensé que beaucoup de choses allaient changer car rien ne serait pareil… et ce changement serait en mieux(sic!). Depuis, j’ai amélioré mon cynisme.

  62. Gur

    J’ai gardé de très bon souvenir de cette journée (humour à la obion)
    Je me rappelle de ma voisine florence.
    En faite j’étais en train d’essayer de sécher un cour de module pour l’année et c’est en partant plus tôt chez moi que j’ai entendu puis vu à la Tv vers 16H-17H…..

    Je pensais pas que les tours allez s’écrouler, je suis surpris qu’on est pas parler de la fameuse troisième tour du world trade center
    (eh oui il y en trois tours)

    Je me dis les pauvres gens, mais paco nous avaient prévenu, attaque dans les airs d’un grand monument c’était le world trade center tout simplement.

    Du coup je m’y attendais un peu

    Et il y a des millions de gens qui meurent chaque jours…

  63. monsieur mouk

    « caméra cachée OU BIEN ? »
    :)
    on sen bien le brestois qui parle !

    perso, j’étais dans mon salon en train de dessiner avec la télé en fond quand il y a eu le flash info…je suis resté scotché tout seul devant la télé toute l’après midi…
    tout le monde se sentais perdu, on pensais a une 3eme guerre mondiale imminente… c’était bien flippant ce jour là…

  64. Ross

    J’étais en école d’ingé, et mon groupe était en train de passer d’un cours dans une salle de TD avec des ordis. Un pote qui avait séché le cours d’avant se pointe alors en gueulant que des avions se sont crashés dans le WTC !
    Incrédulité générale pendant 5 minutes, jusqu’à ce que je me connecte à internet et montre les images à tout le monde, prof compris.

    Je n’ai jamais ressenti un événement comme aussi « incroyable » depuis…

  65. annaïg

    En rentrant du lycée, je suis passée par un chemin différent de d’habitude. J’ai profité de cette belle fin de journée de septembre, avec la lumière du soleil qui s’inclinait dans les jardins et dans les petites rues (j’habitais à la campagne au nord de Brest), et c’était très apaisant, un truc charmant, comme si le temps était suspendu. Et je ne sais pas si c’était à cause de la chanson « le Sud’ de Nino Ferrer, mais je me suis dit « si un des ces 4 il y a la guerre ici, tous ces ptits vieux qui jardinent, ces mamans qui font sécher leur linge, le soleil de fin d’après midi sur les jardinets, tout ça ça deviendra quoi ? Est-ce que ça survivra ou bien est-ce que ça sera enlaidi, écrabouillé, pour des raisons totalement indépendantes de leurs vies à tous ? ».
    Et puis je suis rentrée chez moi, j’ai vu tout ça à la télé, les tours, les suicides, les réactions hébétées, et du coup j’ai pleuré pleuré, de tristesse pour les Américains, mais aussi en redoutant leur vengeance…
    Voilà voilà, pour moi l’instinct, l’intuition tout ça, c’est des conneries, mais là c’était une drôle de coïncidence…sans doute que j’avais dû entendre des bribes à la radio dans le car scolaire sans m’en rendre compte, ou bien vu des têtes atterrées sans comprendre pourquoi et que ça a déclenché cette ptite réflexion bucolique…

    Et puis bien sûr, l’album de Noir Désir, pendant, après…c’était dingue !

    Merci Obion, on prend le temps de faire un petit hommage grâce à ton initiative !

  66. Cham

    J’étais au collège, j’attaquais pratiquement ma 5ème, et je revenais du collège, où j’étais seul à la maison comme à chaque fois en attendant que mes parents rentrent. Il était 16 heures30, j’allume ma télé pour les minikeum’s. Diantre. Un flash info m’a volé les minikeums. Avec encore des images d’attentats comme ils en montrent dans les flashs info. Mais moi j’aime pas les gens qui me volent les minikeums (comme tout ces politiciens qui faisait des rendez vous de l’assemblée et qui terminaient plus tard que l’horaire qui était dit sur le télé Z et qui nous mangeait aussi sur les minikeum’s.)
    Rien sur les autres chaînes que les mêmes info. ça a l’air important quand même. Mais bon, fou de rage de pas pouvoir regarder les minikeum’s je suis allé dans ma chambre.
    J’ai mis quelques jours avant de comprendre vraiment ce qui s’était passé (Merci les Guignols de l’info). Avant que je sache ce que c’était les « twin tower », « ben laden » « bush ». Et puis qu’on voit et revoit les images durant les mois qui suivirent, preuve que c’était un attentat plus important que tous les attentats qu’on voyait tous les jours.

    (j’aime bien mon histoire, ça fait très petit « le petit Nicolas et le 11 septembre » quand j’y repense.)

  67. cetornan

    Perso, je suis rentré de cours pour me prendre un goûter devant la TV… et hop !

    Même besoin que beaucoup : envie d’en parler à quelqu’un, de voir du monde. J’ai appellé mon grand-père, qui était à la campagne, peinard, et m’a raconté qu’il sortait de sa sieste, posé sous un arbre, bonne température et tout et tout. Il m’a donné des nouvelles de son p’tit potager, de la biche qu’il a vu le matin en se levant, …

    Résultat : je n’ai pas osé lui parler du WTC tellement il était bien, « déconnecté » et serein dans son petit monde.

    Quand à moi, j’ai regardé, encore et encore, les images. Les revoir me fait, de temps en temps, un petit frisson : ce n’est quand même pas un événement anodin !

    Toutes les réactions et histoires déjà racontées sont super intéressantes :)

  68. Melle mielle

    j’ai l’impression que chacun se souvient de la journée qu’il a passé cette journée là…je travaillais dans un bureau et discutais avec mon chéri qui était à 800 km de là via nos emails respectifs. C’est lui qui m’a annoncé la nouvelle…Je n’avais pas l’impression que c’était réel, quand je suis rentrée chez moi le soir et que j’ai regardé les informations je crois que je n’ai jms été autant choquée….Ca m’a fait très peur, j’ai pensé à mes enfants et à ce que la vie pouvait leur réserver…C’était une terrible peine…

  69. cerwen

    Ce jour là, au bureau, le standard était en folie. je travaillais dans un centre de formation, et c’était la rentrée. Etant donné le grand nombre d’appel, je donnais un coup de main à la standardiste pour prendre les appels. J’ai récupéré un appel qu’elle avait mis en attente, et la personne au bout du fil m’a demandé de bien vouloir la remettre en attente : notre « musique » d’attente était France Info. Devant l’incongruité de sa demande, j’ai basculé sur le mode attente, et je l’ai appris comme ça.
    Je me souviens que d’un coup le standard s’est calmé, il n’y avait plus d’appels. Nous avons mis en route la messagerie et nous sommes montés dans les étages rejoindre les formateurs et les stagiaires qui avaient réussi à brancher un téléviseur, juste avant l’entrée en scène du 2ème avion…
    Le soir, je suis allée retouver des amis. J’avais besoin de sentir mes proches autour de moi, de savoir qu’ils étaient toujours là, dans cette atmosphère de fin du monde.

  70. monsieur plus

    Ma femme, en congé maternité, bullait devant la télé lorsque le direct remplaça le feuilleton. L’accident – puisque c’est ainsi qu’il était encore qualifié à cette heure – était impressionnant. Elle m’appela au travail, la nouvelle fit la tour des bureau. Nous étions tous collés à nos écrans devant les images glanées sur le web. Les mots sur nos lèvres étaient « putain de catastrophe », « on dirait Independance Day en vrai ».
    Puis le second avion arriva. Notre cerveau ne voulu pas croire ce que nos yeux avaient vu. Puis le images du Pentagone en flamme. Puis les gens qui sautaient pour échapper aux flammes. Puis la tour qui s’écroule. Puis le seconde. Puis le nuage qui recouvre Manhattan.
    La thèse de l’attentat ne fait plus aucun doute. Les USA vont riposter, c’est certain. La troisième guerre mondiale a démarré aujourd’hui. Silence dans les bureaux, mal au coeur, personne ne sait quoi penser.
    Ma femme acoucha 9 jours plus tard. Elle était encore à la maternité quand l’usine AZF de Toulouse explosa. La thèse de l’attentat sur notre sol fut évoquée… à tord.
    Nous avons acheté à mon fils les journaux et magazines de la semaine de sa naissance, pour qu’il sache plus tard ce qu’il s’était passé ces jours là.
    Il n’est question que de drames et de destructions…

  71. Ranx

    Je travaillais dans un cinéma de quartier où l’on diffusait le dernier film d’action top blockbuster méga explosion buriné viril à coup de gun fight sur un braquage de fou qui allait nous en mettre plein la tête, renvoyant Piège de Cristal sucrer les fraises. Et puis d’un coup, tous les bars du quartier étaient branchés dessus. Et l’on a vu. La claque. J’ai pensé à mon futur enfant. Pourquoi lui offrir ce monde. Trop tard de toute façon. Il était en route. Mais comme tout le monde, cette impression d’être assommé. Comme un poing dans la gueule pour les quelques jours à venir.

    Et le film, lui, n’a pas fait une entrée. Rien ne pouvait rivaliser avec ce que la télé venait de nous montrer. Et le titre couillon, Opération Espadon, lui a fait totalement boire la tasse.

    John Travolta est donc re-mort artistiquement, un 11 Septembre.

  72. Fabouchka

    Ton post est magnifique…
    Je bossais dans une librairie, et tout simplement, tout s’est arrêté. Quelques clients sont un peu restés, perturbés, pour parler, et il m’a semblé que les rues se sont vidées d’un coup. Tout a tourné au ralenti jusqu’au soir, où j’ai allumé la télé, je n’ai rien pu faire d’autre. En effet, on se souvient tous de cette journée, au moins à partir de 15 heures. Pour le reste, j’avoue que ça me perturbe encore, on est pourtant tous conscients que des attentats, il y en a tous les jours, mais ceux-là nous ont marqués plus que n’importe quel autre. On pourrait en écrire des pages et des pages…
    Le mythe (mystère?) sera bien plus grand que celui de Roswell, me semble-t-il.
    Bravo pour ton blog.

  73. Aka

    Tiens, grâce à toi, j’ai découvert que le verbe « égrener » pouvait aussi s’écrire « égrainer ».

    J’étais au boulot. J’ai téléphoné à un graphiste, et il m’a dit ce qui se passait. J’ai cru qu’il plaisantait, mais la radio a confirmé. Un des patrons est arrivé, il a commencé à parler d’un colis qu’on devait envoyer et qui était sans doute hors gabarit. Je lui ai annoncé ce qui se passait. Il m’a regardé de ses yeux vides pendant quelques instants et a recommencé à parler de son colis.
    Le soir en rentrant, Maud et moi nous sommes installés devant les infos. Nous les avons regardées toute la soirée, incapables de quitter l’écran des yeux, comme si d’une seconde à l’autre, on allait nous annoncer que d’autres avions se crashaient, que ça y était, c’était la fin du monde. Au bout d’un moment, je suis allé chercher une couverture et nous avons dormi tous les deux sur le canapé, la télé toujours allumée.

  74. mari

    Moi, je rentrais juste de cours. En arrivant, j’ai vu ma mère devant la télévision (ce qui est très rare). Ca m’a donc intrigué. Plus tard, mon père est rentré du travail, et nous a vu, moi et ma mère absorbé par la télévision, et on a tous fini la journée devant la télévision, sans dire un mot…

  75. Saki

    Moi je crois que j’ai pas percuté sur le moment ce qu’il se passait. Toute ma famille été réunie au salon et ils étaient fascinée par ces images. Je crois que c’est eux qui me facsinaient le plus au final. Mais hier j’ai revu les images à la télé et là j’ai pris un coup dans ma gueule, je me souvenait pas d’autant de violence.

    Et à propos de musique, IAM avait aussi fait une chanson dans lesquels quelques vers faisaient une sorte de référence à quelque chose de ce genre je crois… Mais je me souvient plus du titre.

  76. Den

    Comme toi, monsieur Obion, j’étais dans mon atelier, à bosser en écoutant la radio comme d’habitude. Et puis un flash info complètement loufoque au sujet d’un avion qui se serait écrasé sur une des tours du WTC.
    J’ai une petite télé de routier près de moi, je l’allume et je comprend que tout ça est réelle ! Je file sur sur le site de CNN où il y a rien, normal il a explosé aussi, trop de requêtes.
    J’habite alors à Montreuil (93), ça fait 10 minutes que je tourne comme un fou à écouter d’un côté la télé, la radio, internet… et je commence à flipper.
    Alors, pareil faut que je sorte, que je sache ou pas si tout le monde est mort. Bon au café du coin, tous les clients sont là, pépère devant leur consommation.
    Je chope Idir, le patron, et énervé comme un fou je lui raconte ce que je vient de voir, il se marre. J’ai l’habitude de faire des blagues à la con, donc personne me croit. J’attrape derrière le bar la zapette de la télé. Il y avait sans doute un gros brouhaha dans ce troquet parce que quand l’image est enfin arrivé à tous, il a eu un putain de silence tout d’un coup, même dans la rue, partout. Comme si tout s’était arrêté subitement quand j’ai allumé la télé.
    On était tous accroché aux images, on a vu le deuxième avion s’écraser…
    Et comme dans mon quartier c’était 99% kabyles, robeus et maghrébins, l’ambiance était à la peur. La peur de devoir en pâtir, pour cette connerie, la peur d’être l’arabe qui va payé pour ça. C’était étonnant, pour eux demain sera plus dur qu’hier.
    Aucuns n’a applaudit, ni dit que c’était bien, ils étaient en colère contre ces gens qui avec un esprit malade avaient organisés cet attentat.
    J’ai passé l’après-midi dans ce bar devant la télé, sans un bruit, dans l’attente, dans la peur.
    J’ai été cherché mon fils à la crèche, je l’ai planté dans son parc et je suis partie dans un grand « Pink Floyd, the wall », une nuit la tête dans l’écran, dans les fonds sous marins de la toile je me suis plonger.
    Ça a duré des mois, la machine était en marche et le monde de l’internet vivait son premier gros buzz, Des mois à traquer des images, de l’infos, etc, à chercher les complots à droite à gauche. Les premiers films démontant la théorie officiel sont arrivés et la machine est repartie, et encore aujourd’hui ça continue.
    Pour moi le 11 septembre 2001 c’était pas la fin du monde mais le début du 21ème siècle, celui que j’attendais depuis gamin. J’étais enfin en pleine Science-Fiction…

  77. polyminthe

    Ah oui, moi aussi je me souviens avoir ecoute noir desir et cette chanson, ce matin la…quelle coincidence!

  78. Djou

    Le 11 septembre 2001
    Dans le bus qui nous ramenait du lycée à l’internat, des potes ont commencé à parler de l’attentat mais à leur façon d’en rire, j’ai pensé que c’était trop gros pour être vrai.
    Et puis on est arrivé à l’internat, la salle télé était pleine d’étudiants et là j’ai vu. Les images, le son… Et puis ces quelques pétasses indifférentes étalées sur leur chaise qui répétaient que c’était bien fait pour les Américains. J’étais hyper choquée par l’évènement, les gens qui sautaient des fenêtres…

    Et vous, vous souvenz-vous du 12 septembre 2001?
    Ce silence!
    Ce silence entre nous, la peur, le choc. La paranoïa qui nous gagne au fil des mois. Tout le monde se taisait en classe, le prof de Français a brandi un journal, je me souviens bien de la Une, ça devait être Libé. On n’a pas fait cours cette heure-là, on a juste discuté à coeur ouvert avec le prof, histoire de faire face au traumatisme et tout simplement faire face à l’avenir…

  79. Den

    Ah oui, j’ai oublié un truc important, une petite recherche avec le chiffre 2012 sur google va ravir ceux qui trépigne dans l’attente du prochain bordel du siècle. Il y a bien un malin qui va surfer sur la vague pour nous pondre un beau pestacle… à suivre.

  80. Chulie

    J’étais au chômage et c’était le lendemain de mon anniversaire. Mon père et mon frère, un peu à la bourre, m’avaient offert des bons cadeaux FNAC, c’est donc là que j’étais au rayon DVD lorsqu’un téléviseur s’est mis à diffuser les images du premier avion.

    Il y avait un attroupement devant, comme toi Obion j’ai pensé à une super production hollywoodienne, donc je ne me suis pas arrêtée et je suis allée régler mes achats.

    Quand je suis rentrée j’avais un message sur mon répondeur de mon copain de l’époque qui me disait d’allumer la TV. J’ai pas décroché de toute la soirée et j’ai pas regardé mes nouveaux DVD avant deux bons mois il me semble.

  81. Pouic

    Je vivais à Tahiti à ce moment là, je l’ai vu aux infos françaises de 20h mais à 8h chez nous. J’ai été captivée par les images à ne plus pouvoir décoller de la télé, je suis bien évidemment arrivé en retard en cours, mais ça n’avait pas d’importance. Ce jour-là plus rien n’était important si ce n’est le fait d’être en vie.
    Je me souviens ne pas y croire, me dire que ce n’était pas possible, quand le deuxième avion s’est écrasé j’ai pensé que y’avait un problème dans les tours de contrôle qui les envoyait se cracher (genre un mec qui a allumé son portable, pourtant on lui a dit que ça créé des interférences) Je sais c’est ridicule, mais mon cerveau ne pouvait tout simplement pas les emmagasiner ces images, et de me dire ces gens-là sont morts, paf c’est tout, fini.

    Ce que je me souviens le plus, c’est cette chaleur qui remonte du fond de mon ventre et qui me tord les boyaux, ces larmes qui coulent toutes seules sans les contrôler, sans comprendre pourquoi, comme si j’y avais perdu un membre de ma propre famille, cette douleur qui résonne.

  82. laurence

    Le 11 septembre 2001 on avait 18 ans avec les copains au cheveux longs et on profitait des derniers jours de liberté avant la rentrée a la fac dans une maison de vacance a Noirmoutier. On a assisté aux attentats devant un minuscule poste Tv, noir et blanc et sans son. « Back to the 70′s »!! On était tous un peu stone, on parlait d’une 3eme guerre mondiale. On se disait que c’était peut être notre dernière soirée avant que les copains partent a la guerre. Alors on a décidé d’en profiter et ca été une des soirées la plus mémorable de ma vie!!

  83. Stefieboop

    J’étais au boulot ce jour là, et un de mes collègues qui zonait sur le net a carrément hurlé pour que je vienne voir ça : CNN : les premières images que j’ai vu étaient donc de la taille d’une boite d’allumette, mais ça nous a scotché pendant un long moment, ça avait l’air faux, c’était plus spectaculaire que n’importe quelle production hollywoodienne. J’étais hypnotisée par ces images, bizarement je n’ai pensé qu’aux dégats matériels, au fait qu’on ne verrait plus jamais ces tours, la mort des gens je n’y ai pensé que plus tard, chez moi, et là j’ai éteint la tv, et n’ai plus jamais regardé ces images.

  84. Chulie

    Ceci dit, si je dois me souvenir d’un 11 septembre, c’est le 11/09/2005, quand mon patron m’a dit de ne pas venir bosser ce matin, parce qu’il y avait eu un incendie criminel dans mon bureau.

    Ca a complètement ébranlé la fin de mon année, et surement pas mal d’autres trucs dans ma vie, comme une pile de dominos qui se téléscopent.

  85. audread

    Très belle planche … Tout le monde se souvient de cette journée, on dirait bien. Pour noir dez, j’avais eu la même sensation de prémonitions. Je venais juste d’entrer en internat, ma 1ere année en arts appliqués. Je rentre de cours, une copine me dit monte vite à la salle télé c’est la merde. Là , situation très étrange : au fur et à mesure, la petite pièce s’est rempli de monde, alors qu’il n’était que 17/18h. Même les femmes de ménage étaient là. Une impression bizarre, ce jour-là, je me suis dit ca y est c’est la grosse merde, ils vont enclencher une guerre, ces cons.

  86. Tit'

    J’avais signé la semaine précédente mon premier vrai contrat de travail. J’avais un appart, une petite femme que j’aimais et nous venions tout juste de récupérer une télévision le samedi qui précédait. Pas fana du petit écran, je ne l’avais pas encore allumé. Comme beaucoup, j’ai appris la nouvelle au travail. Ma femme m’appelait dans la foulée, choquée. Plus personne ne bossait autour de moi. Je n’ai pas fait long feu au taff, je suis rentré tout droit chez moi, ma femme m’attendait, impatiente de me serrer dans ses bras, en pleure, les tours s’étaient effondrées entre temps. Nous avons allumé le poste de télévision, nous nous sommes assis et avons regardé terrifiés les images de l’événement diffusées en boucle. Vers une heure du matin, je me souviens m’être levé pour aller me coucher, j’ai traîné ma femme qui s’était endormie dans le lit, je suis revenu au salon éteindre l’écran.
    Je ne me souviens pas l’avoir rallumé après. Je n’ai plus de téléviseur depuis belle lurette.

  87. capu

    ho c’est fou, moi pareil que Gally. J’étais au chômage et je regardais « le film ricain d’après le journal de 13h » qui racontait l’histoire de un mec qui trompait sa nana avec sa meilleure amie et paf on me coupe la fin, j’étais furax. Après, moins, forcément. Après j’ai passé mon après midi à envoyer des SMS à ivan à son boulot coupé du monde pour lui raconter ce qui se passait.

  88. Obion

    Je trouve ça assez fascinant de lire toutes ces petites histoires humaines, toutes liées par cet évènement !
    J’ai bien fait de vous inciter à raconter vos 11 septembre 2001.

  89. Adricube

    J’étais u boulot ; à un moment, c’était la période où je me disais qu’en boursicotant je serais bientôt riche, je regarde le site Boursorama et je vois le CA40 qui dévisse, un truc de fou, comme un avion qui tomberait.
    Et puis je suis les brèves qui défilent, toujours sur ce site car ceux des journaux et des chaines télés sont tombés.
    J’appelle ma copine, en vacances, pour lui dire de se mettre devant la télé.
    Des collègues trouvent une radio et on se retrouve autour à écouter les infos qui tournent en boucle : 1 avion, puis 2, puis le pentagone, puis .. le chaos !
    On part tous super tôt, drôle d’ambiance dans le RER ; arrivé chez moi je réalise que je n’ai pas la télé alors je rebranche la radio. Je vais sur les CHamps Elysées, pas loin, voir s’il y aurait un magasin ou un bar avec une télé.
    Le lendemain j’achète des journaux pour avoir enfin des images : je les ai encore quelque part !!!
    On se rappellera tous, toujours ce qu’on faisait ce jour là

  90. ourlou

    Rolala, ton cadrage « tête de mort » il est terriiiiiible ! Je suis fan, je tenais à le dire.
    Mais le plus terrible, c’est quand même… qu’à l’époque tu n’avais même pas de quoi te payer une chaise pour regarder la télé. C’est triste, quand même…

  91. Yocozu

    Véridique :

    Au boulot tranquillement en train de bosser lorsque le responsable informatique a déboulé dans le couloir en hurlant quelquechose comme « Rentrez tous chez vous ! Les américains attaquent ! »

    Il avait sa sacoche mais comme c’est un gros déconneur à froid franchement j’ai souri et j’ai continué à bosser et ceux avec qui j’étais avaient pas l’air non plus de comprendre de quoi il parlait.

    J’ai continué à bosser tranquille et en prenant le bus vers 19h00 j’ai compris ce qui s’était passé en écoutant les badauds. Il a fallu que j’attende de voir les images chez moi pour comprendre vraiment de quoi il s’agissait.

    Enorme. Trop gros, j’ai aussi cru à un montage. Puis au bout de la 20ème fois en boucle j’ai allumé la console, avec je l’avais la pensée « Pour une fois que çà arrive aux américains… »

  92. Lio

    « Lio > ou alors je raconterai autre chose pour les 10 ans… :) »

    J’espère bien ! :)

    Rhôôô, la honte, mon premier post sur ce chouette blog, et je fais 12 fautes d’orthographe en 5 lignes…

  93. lilie

    Moi, j’étais à la FNAC, et jme suis dit ‘ils sont cons tous ces gens agglutinés pour regarder les feux de l’amour sur les télés de la FNAC! »
    Mais en fait, ils diffusaient les attentats en direct sur toutes les télés et les gens dans la fnac sont restés bouche bée.

    J’ai également été surprise par la chanson de noir désir, cétait quand même assez fort, il faudrait demander à Bertrand si ça lui ai venu d’un flash ou si cétait juste une méga coincidence

  94. Aspirine

    Héhé, ça me rappelle une vieille note que j’avais dessinée sur mon ancien blog, où je racontais ce que je faisais ce jour là! ^^
    J’étais en 2ème année dans mon école de cinéma d’animation, on étudiait un logiciel de line-test il me semble. Quand un élève de ma classe s’est soudain écrié « c’est la 3ème guerre mondiale!! », en mattant les infos via internet…
    Après, c’est assez flou… On n’arrivait plus trop à bosser et à rester concentrés, on errait dans les couloirs.
    J’ai ensuite passé la soirée avec mon homme de l’époque, à piccoler du vin dans un état second devant les discours de Jacques Chirac, à nous demander ce que nous ferions en cas de guerre.
    Je me rappelle aussi la très rapide mise en place du plan vigipirate dans Paris, le soir même, on pouvait plus faire un pas sans subir un control, à l’entrée de l’école, dans le métro, partout! Des CRS armés jusqu’aux dents.
    Il y avait vraiment une ambiance très particulière, comme si le temps s’était suspendu à ce moment là!

  95. Bee

    Mon copain m’a appelée au boulot, un type sur un forum qui n’avait rien à voir lui avait dit d’allumer la télé.
    Avec les collègues, on a tout de suite essayé d’aller sur le site de CNN, de CBS, rien ne marchait. Mon copain appelait régulièrement pour raconter.
    Ma soeur était aux Etats Unis à ce moment là, j’ai eu la trouille.
    Une collègue qui rentrait tout juste de New York et qui adorait le WTC a fondu en larmes. Un collègue rabbin qui avait toute sa famille à New York est rentrer prier chez lui.
    Peu après, j’ai écrit à une cliente américaine qui devait venir en France la semaine suivante. Je lui ai envoyé un mail de condoléances avec : vous allez devoir annuler votre voyage j’imagine etc.
    Elle n’a pas compris du tout pourquoi je disais ça. Elle m’a répondu : je comprends pas du tout pourquoi vous dites ça, il n’y a aucune raison, elle était très fâchée. Pas mal de ses collègues étaient morts et elle n’était au courant de rien.
    En sortant du boulot, je me suis arrêtée au rayon télé du supermarché, j’osais pas rentrer chez moi, il y avait les images en boucle à la télé et personne ne regardait, les gens s’en foutaient.
    Ce que je n’ai pas deviné ni anticipé ce jour là, c’est que quelques temps plus les américains seraient encore plus cruels et meutriers avec les Irakiens qui ne leur avaient rien fait du tout.

  96. jean-pierre

    J’avais entendu la chanson de Noir Désir le matin même. Bertrand Cantat était alors l’invité de Pascale Clarke sur France Inter, à l’occasion de la sortie de l’album.
    A 15h, j’étais en voiture, j’ai mis la radio pour écouter les infos. « un avion s’est crashé dans une des tours du WTC, il y a quelques minutes ». « Uhuh, quel couillon, ce pilote, j’ai alors pensé. »
    Quelques minutes plus tard, rentré à la maison, mon père m’a dit qu’il ne s’agissait pas d’un accident, car un second avion était rentré dans l’autre tour du WTC.
    Ensuite, comme tout le monde, j’ai passé le reste de l’après midi abasourdi devant la télé, avec mon copain Fabrice, à dire « ptain, ptain, ptain !! » On a aussi écouté l’album de Noir Désir cet après-midi là. Et on s’est dit qu’ils avaient visé juste.

  97. Hervé

    Je bossais dans un magasin de musique. les morceaux de la radio se sont arrêtés, nous avons entendu le flash d’information.. La fille d’un des vendeurs s’est précipité au magasin pour en parler avec son père. j’ai eu l’image en direct du deuxieme avion qui s’écrse. Le vendeur et sa fille parlaient de fin du monde, de riposte mondiale. Mais je ne me rappelle pas qu’il fasse tres beau ce jour là à Brest.

  98. jean-pierre

    Je me souviens aussi d’avoir eu le sentiment effrayant, vertigineux de voir le monde entier sombrer dans la guerre, comme tombant du haut d’un précipice. Ca m’a glacé le sang.

  99. Eric

    Il n’y a pas que Noir Désir… Le matin du 11 septembre devait avoir lieu à New York le lancement du Live Scenes From New York de Dream Theater. Jetez un oeil sur la pochette:

    http://gustavoeo.net/2007/12/dream-

    Le lancement à été remis, et un autocollant à été apposé sur le dessus…

  100. Guildeluec

    Jolie note!

    Personnellement j’étais en 2nde, il faisait beau et on nous a annoncé qu’un prof était absent. Oh joie, je vais à la cabine téléphonique pour appeler ma mère parce que je voulais rentrer et qu’il n’y avait pas de bus avant très longtemps. Elle accepte parce que c’était une belle journée pour une promenade, vient me chercher et on met la radio, et là, pareil, l’info qui tombe dont on ne sait pas si c’est une simulation, une blague, une erreur de pilotage ou quoi… Rentrées à la maison on allume la télévision et on assiste en direct à « l’arrivée » du deuxième avion… Ce dont je me rappelle le plus de la journée c’est le contraste entre la beauté du temps de fin d’été et l’angoisse que je ressentais, au point d’en dépasser ma bête crise d’adolescence pour tenir la main de ma mère…

  101. ak

    Obion> Oui oui j’avoue, là ça valait le coup :) Ça vaudrait même le coup d’en faire une chaîne, si ça se trouve (mais c’est un peu tard, ou alors faut que tout le monde fasse sa note dans la journée).

  102. Obion

    Ouais ou alors chacun raconte un jour suivant, toi t’as le 12 septembre si tu veux. De n’importe quelle année (mais pas cette année, ce serait trop facile ! :). Je me demande jusqu’à quel jour on peut tenir !

  103. Emi

    moi j’étais en cours de maths en terminal, en rentrant à la maison bien sûr j’ai passé ma soirée à regarder ces images terrifiantes. Et je me souviens qu’une phrase tournait en boucle dans ma tête: « je ne veux pas que mon chér parte faire la guerre… » Je voyais déjà une troisième guerre mondiale… J’étais vraiment effrayée…

  104. Moon

    J’habite au Québec, alors pour nous c’est arrivé dans la matinée. J’avais 13 ans et j’étais à l’école. La direction et les professeurs avaient décidé de ne pas en parler aux élèves, pour pas créer de panique et pour que tout le monde reste concentré sur la matière à voir… Mais il y a le professeur d’histoire qui a décidé que nous avions le droit de savoir, alors il est allé chercher une télé et a fait voir les images, en expliquant les causes possibles et les conséquences qui en découleraient probablement, pour essayer de pas provoquer un effet de bouche à oreilles qui se serait déformé au fur et à mesure. Je n’avais pas de cours avec ce prof ce jour-là, mais des amis m’ont mis au courant. Et je ne savais même pas ce que c’était, le World Trade center!
    C’est en arrivant chez moi le soir que j’ai eu plus de détails.
    N’empêche, après ça tous les élèves étaient furax contre la direction et les profs de ne pas en avoir parlé…

  105. Guewan

    Contrairement à beaucoup d’entre vous, je n’ai qu’un souvenir vague de ce jour là. J’étais encore à la fac, dans le sud de la France et par hasard j’étais chez mes parents cet après-midi là. Je me rappelle que mon père regardait la télé et que j’ai vu les attentats en direct.
    Ca m’a laissée sans voix.. et puis j’ai pensé moi aussi, « pour une fois que ce sont les Américains qui prennent… » Regrettable, je sais, mais c’est difficile de ne pas penser ça quand même. J’ai de suite pensé aux attentats dans le métro parisien.. et puis aux conséquences que ça allait avoir au niveau international. Je crois que j’ai fait une réflexion du genre « hébé, avec ça on est vraiment mal barrés, ils vont se venger ». Plus tard, s’est passé AZF…
    L’année dernière, je suis allée avec ma moitié à NY. J’ai fait un arrêt à ground zero pour voir à quoi ça ressemblait maintenant. J’ai eu des flashs des vidéos à ce moment là et j’ai eu la chair de poule. Puis on est allés voir mon oncle à Washington et il nous a emmenés voir le Pentagone.. avec son nouveau monument érigé, juste en face, pile dans la trajectoire qu’a pris l’avion (ou je ne sais quoi qui l’a fait péter). Et on a parlé avec quelqu’un qui avait vu passer quelque chose ressemblant à des ailes sur le Pentagone.
    Les Américains sont toujours aussi choqués qu’il y a 7 ans. Mais je n’en ai rencontré aucun qui soit pour toutes les conséquences que cela a malheureusement engendré aujourd’hui…

  106. Tournesol

    Première année de fac, je profitais pour la première fois de ma vie des vacances en septembre !

    Je squattais l’appartement de ma grande-tante à Vallauris avec ma meilleure copine de l’époque. Ce jour-là, c’était promenade à Antibes, Juan-les-Pins. On faisait du shopping. La copine tenait absolument à acheter des souvenirs pour tous les membres de la famille et elle se cassait la tête pour trouver un truc à sa soeur. On faisait magasin sur magasin.
    On a fini par trouver bizarre le fait de ne voir personne derrière les caisses des boutiques.
    On s’est posé la question « mais où sont les commerçants, qu’est-ce qui se passe, on peut tout chourrer ?!! »

    Dans la boutique suivante on a fait « y’a quelqu’un ? » et on a vu la dame dans son arrière-boutique, scotchée à un petit poste de radio. On a demandé ce qui se passait et là, elle nous a fait un résumé en très grosses lignes genre « ils ont bombardé les états unis ! c’est la 3ème guerre mondiale ! ».

    Ouh loooo…

    On a fini notre après-midi shopping.
    On est rentrées à l’appart.
    On a allumé la télé et on est restées devant, un bon moment. Sur la 2. C’était Pujadas (surnommé par moi « l’homme des mauvaises nouvelles », depuis le 21 avril 2002). Puis au bon de quelques heures d’images en boucle et de news stagnantes, on a mis M6, la seule chaîne à diffuser un téléfilm, ou un film, je sais plus.

  107. Le lémurien

    Je me souviens être sorti du lycée, et à l’époque mon père passait me chercher en sortant du boulot.
    L’autoradio était allumé, et les flashs étaient assez flippants.
    Je n’ai pas tout saisi, jusqu’au moment où j’ai vu les images à la télé, en commençant par celle du mec qui se défenestre avant que l’avion se crash.
    Honnêtement la violence des faits m’a marqué.

    Au passage je voulais dire que cette note est vraiment chiadée, et qui plus est, sublimée par une case 4 de génie !

  108. Ranx

    ça peut même remplacer les soirées blagues Carambar tout ça…

    Et quand l’atmosphère retombe, penser à rajouter un « qui pense que c’est un complot » afin de relancer le débat et d’échauffer les esprits.

  109. Lledelwin

    J’étais devant un pc, avec mon copain, on essayait de faire tourner un truc, peut importe. On a entendu crier dans l’escalier, on s’est lever en bougonnant, un avion s’était écrasé dans le WTC. Ou deux. Et ça m’a fait jubiler, mode « tient, ben, qui sème le vent…  » !

    C’est vraiment ce que je pensais : à force de jouer au gendarme de la planète, à force de foutre son nez et sa merde dans les affaires du monde, de s’immisser partout, d’utiliser le monde comme une vaste dépendance, d’humilier le reste des peuples à les considérer comme des outils, les States s’étaient pris la monnaie de leur pièce. Et à leur tour, ils goutaient à la terreur, à la panique et à l’humiliation. Fin de la belle morgue américaine.

    Et qu’on pleure sur le sort de ces gens mort dans les tours d’avantage que sur celui des mômes d’ici où d’ailleurs victimes de guerre, guerilla ou toute autre saloperie à motivation géo-politique occulte me scandalisait. J’en ai scandalisé pas mal aussi.

    Et ces images qui tournaient en boucle étaient si irréelles, finalement. Il m’a fallu du temps pour désolidariser « la politique extérieur des Etats-Unis » de tout les malheureux qui, comme des tas de gens dont ne sont pas différents de moi, sont allés bosser ce matin de septembre dans des bureaux divers et variés qui avaient en commun de se trouver dans les tours jumelles

  110. keuw

    J’étais chez moi quand un ami de mon père m’a dit d’allumer le télé. Mon père était parti chercher mon frère à l’école.
    J’ai aussi assisté en « direct » au crash du deuxième avion (merci grâce à toi, Obion, je sais que ce n’était pas un souvenir « falsifié »).

    Puis je me suis dit: « Merde la 3e guerre mondiale ! « 
    Il faut dire que grâce à des personne très perspicaces et convaincantes, j’avais abandonné le projet de me suicider en novembre (bien pacifiquement d’ailleurs et avec don d’organes si possible) et je comptais mi-septembre recommencer la dernière année de mes études pour obtenir mon diplôme ainsi que soigner ma dépression récemment diagnostiquée.

    Je trouvais les attaques soigneusement organisées et je prévoyais à tort que un ou plusieurs terroristes avaient infiltré l’armée de l’air et qu’ils allaient provoquer de nouveau des attentats alors que l’armée intervenait.

  111. keuw

    lledelwin > même réaction que toi concernant les victimes. Ce n’est p-t pas sympa pour eux et pour leurs proches. Mais bon, on vit quand même une vie formidable nous Occidentaux par rapport au reste du monde. On pourrait mourir demain, on n’aurait pas vraiment de quoi se plaindre dans l’absolu.

  112. Thomas (Nombril)

    Voleur de notes!!!
    Déjà l’aut’ jour il pond une note titrée « SAV », moi pareil, et là pof! Il me pique même mes souvenirs ho!

    Perso, j’attendais cet album avec impatience et je suis allé l’acheter le matin même de sa sortie, il passait déjà en boucle depuis plusieurs heures quand j’ai levé les yeux de ma paperasse sur la télé en sourdine et j’en ai pas cru mes yeux, je n’ai même pas remis le son tout de suite vu que je pensais comme toi à un film… La bande son était tout à fait appropriée.
    En gros pareil quoi…

  113. 'Lie

    Je n’ai pas eut le courage de lire tous les commentaires donc je ne sais pas si qqn l’a déja fait remarqué

    il y aussi « des visages des figures » , ok elle est sortie en peu apres mais evidement les paroles ont été écrites avant (ca me parait évident) :

    Malentendu entre les tours
    Et c’est le fou
    Qui était pour

    (sur internet on trouve « et c’est le FEU », dans les deux cas ca reste cohérent)

  114. VoronoV

    Hello à tous !
    Moi j’étais en vacances chez une tante, elle faisait du repassage devant un feuilleton télé. J’étais tranquillement en train de lire un bon bouquin quand elle m’a appelé pour venir voir les images en direct.
    Je me rappelle avoir eu la gorge serrée et l’estomac noué en voyant les tours partir en poussière.
    J’étais surtout inquiet pour la suite des événements et la riposte des USA envers un autre pays, que pour l’attentat lui-même …
    Aujourd’hui, j’ai du mal à écouter « Safe In New York City » d’AC/DC, album « Stiff Upper Lip » sorti le 25 Février 2000.

  115. Amel

    Cette journée est un peu floue pour moi.
    J’étais en terminale, j’étais rentré le midi à la maison et je ne reprenais les cours qu’à 16h je crois. Je faisais mes devoirs de dernière minute devant la télé avant de partir quand il y a eu le flash info. J’ai pas tout compris sur le moment, la tête un peu ailleurs. Puis il y a eu le second crash et là j’ai commencé à être plus attentive à ce qui se passait sous mes yeux. Toute seule à la maison je n’avais aucun moyen de contacter mes proches.
    En arrivant au lycée tout le monde parlait de ça. C’est à la pause de 17h que l’on a appris que les tours s’étaient effondrées.
    La soirée a été très émouvante et silencieuse avec mes parents. Je me souviens que ma mère connaissait quelqu’un qui était à NY à ce moment-là, seulement elle n’avait aucun moyen de savoir s’il allait bien, ce n’est que quelques jours plus tard que nous avons su qu’il était sain et sauf.
    J’ai retrouvé cette émotion en lisant « Windows on the World » de Beigbeder. Un livre touchant et à la fois cruel. J’ai tourné la dernière page les larmes roulant sur mes joues dans un wagon TER.

    > Obion : mes compliments se joignent aux précédents commentaires. Très jolie note et très bonne idée que celle de nous la faire partager. Merci

  116. yald

    Salut,

    pour ma part j’étais en vacances avec une amie. Nous nous sommes arrêtés à Carcassonne d’une part pour visiter la ville mais spécialement, fan que je suis, pour acheter l’album de noir désir qui sortait ce jour là. Une fois remontés dans la voiture, j’ejecte le CD du poste et là pendant quelques secondes on revient donc sur la radio. C’était France info qui passait en boucle la nouvelle.

    Nous nous sommes rendus à Perpignan et la première chose qu’on a faite est de trouver un endroit ou voir les images. On est rentré dans un magasin de fringues dont le vendeur avait du mal à descotcher de la télé. il nous fallait voir, pour être sur que ça n’était pas une « blague » à la Orson Welles. Il n’y a qu’à ce moment que j’ai commencé à saisir. Ainsi qu’en visitant les expositions photo de visa pour l’image et en me disant que l’année prochaine ce sujet s’imposerait de lui-même mais que j’étais incapable de m’imaginer sous quelle forme (envahissement de l’Irak, …)

    Bien entendu, nous n’avons écouté l’album de noir dés’ que le lendemain avec cette troublante chanson.

    Yann

    Oui et puis ce blog est très bien.

  117. oliviou

    Moi qui n’avais déjà pas la télé à l’époque, je me suis retrouvé dans la seule situation de ma vie où ça m’a manqué: il fallait que je voie pour croire. Je suis donc allé me planter devant une rangée de télés chez Darty.

    Mon père, lui, s’était branché sur internet, et sur sa page d’accueil, il a vu que les cours des bourses étaient en train de se casser la gueule. Il s’est dit que quelque chose ne devait pas tourner rond…

    MAIS, la meilleure histoire, c’est celle d’une amie: Elle, le 11 septembre 2001, c’est la seule fois qu’elle a eu un orgasme simultané avec son mec de l’époque.

  118. p0line

    C’est curieux mais je me souviens avoir fait une minute de silence mais quand je regarde en classe j’étais,je trouve CE2 ><
    Peut être étais ce une minute de silence pour une autre catastrophe,peut être bien le tsunami au sri-lanka je ne sais plus trop…
    Mais ce jour là ,malgrès mon jeune âge (ahah ><) je regardais les images en boucles vu qu’elles passaient sur toutes les chaînes et je regardais les gens se jeter dans le vide…
    Quelle horrible journée quand même x(

  119. Gobolinette;

    Je revenais du lycée. Quand je suis entrée dans le couloir qui menait à ma chambre, ma mère est sortie en courant de la chambre de mon frère et a crié « C’est la guerre, c’est la troisième guerre mondiale ».

    Et puis elle est retournée dans la chambre de mon frère et s’est assise devant l’écran à côté de lui. Moi je suis passée, je voulais juste poser mon sac trop lourd. Mais après j’ai allumé la télé par ce que quand même. Ma mère sort assez régulièrement des énormités comme ça, mais d’habitude elle ne regarde pas du tout la télé et surtout pas les infos. Alors jetons un œil, il doit bien y avoir un fond de vérité dans tout ça. Et sur l’écran, ils montraient un type en train de se jeter dans le vide depuis une tour parce qu’il n’avait aucun espoir d’être secouru.

    Et ensuite les avions se sont écrasés encore, et encore et encore.

  120. abirato

    Ranx> j’ai bien essayé d’échauffer les esprits, mais AZF, Bush au golf(e) version M Moore, notre ami ministro-président Sarko, les arnaques à l’assurance, l’absurdité du passeport terroriste, la probabilité qu’ils auraient dû faire plusieurs milliers e morts de plus, le Ben Laden toujours introuvable 7 ans après, les opérations « vengeance infinie » ou que sais-je, la surmédiatisation des commémorations de plus en plus nationalistes des USA avec justification d’une pierre deux coups de leurs choix géopolitiques pétroliers, même ma blague sur Guantanamo a l’air de laisser tout le monde indifférent. Je laisse tomber! Autant voter pour une marque de patate ou pisser dans le sax de Clinton! :) Je vais aller râler sur le SAV d’Obion!

  121. denis.ro

    Moi, je vais me contenter du 11 septembre ;-)
    J’allume donc la radio, je ne sais plus à quel heure. Au début, je n’ai pas bien compris : le journaliste raconte avec emphase que plus un seul avion ne circule dans le ciel américain, sauf celui du président… Que l’on attend sa réaction… Quelle réaction ? A quoi il est censé réagir, Bush, tout seul dans son avion, dont on ne connait même pas la position ? Il a fallu que j’attende quelques longues et angoissantes secondes (voir minutes) pour savoir ce qui venait de se passer… Après, j’ai vite compris que les journalistes n’avaient pas plus d’info. Et toute cette hystérie collective, sur un truc dont on ne savait finalement pas grand chose au début, m’a rapidement et très profondément énervé. Dans les jours qui ont suivi, je n’ai écouté la radio qu’au compte goutte, juste pour voir s’il y avait du nouveau. J’ai aussi lu un peu de presse écrite, mais j’ai refusé de regarder la télé (que je n’avais d’ailleurs pas, ce qui m’a simplifié la tâche). Et je n’ai vu les fameuses images vidéo que plusieurs années plus tard, de manière indirecte et imprévue, dans le film « Les invasions barbares » du québécois Denys Arcand. Je me suis alors félicité de ne pas les avoir vues en directe, puis en boucle… A quoi ça m’aurait servi ? C’était déjà assez angoissant comme ça. La 3ème case de ta note (dans la rue) est d’ailleurs absolument géniale !
    Le truc le plus aberrant dans cette histoire, c’est d’avoir utilisé autant de temps d’antenne, et en directe en plus, pour ne rien dire. L’exemple le plus caricaturale d’une couverture médiatique qui crée davantage de confusion que de compréhension du monde… Caricaturale, mais finalement assez classique.

  122. Flo

    je revenais du collège tranquillement après un cours d’anglais et j’ai allumé la télé dès que je suis arrivé comme d’habitude ; la 1ère tour s’est effondrée pile à ce moment là je suis resté cloué des heures devant ces images en boucle
    je regarde maintenant en boucle les documentaires sur la théorie du complot auquelle PERSONNELLEMENT ( chacun est libre de croire la version qu’il veut ) je crois

  123. denis.ro

    J’allais oublié : le soir même (ou le lendemain peut-être) je suis allé louer un film que je me souvenais avoir vu deux ou trois ans avant : « Couvre-feu » réalisé par Edward Zwick, avec Denzel Washington, Annette Benning, Sami Boujila, Bruce Willis. Les scénaristes avaient déjà tout compris, bien avant le 11 sept. Au point que ça en était aussi flippant que les infos. Sauf que c’était 10 000 fois plus intéressant et utile pour comprendre ce qui se passait.

  124. Coeurjoli

    Je me souviens qu’il faisait très beau, et j’étais dans le même état d’esprit que toi, je trouvais ça tellement incroyable, ces avions qui « rentrent » dans des tours comme dans du beurre, hollywood à tout heure du jour ! il a fallu impérativement que je sorte et là… je me suis retrouvée avec une copine dans un petit bar « le Palais » avec le patron, il n’y avait personne dans les rues ! hallucinant ! à croire que tout le monde était scotché devant sa télé. A l’époque, je pensais comme Lledelwin… (très bonne description) mais ce sont toujours les « petits » qui trinquent !
    Belle note Obion !
    tous ces commentaires fabuleux qui viennent de partout ! de tous âges !

  125. Paradise

    J’étais chez moi, j’attendais patiemment que ma mère rentre à la maison pour m’entendre souhaiter un « Joyeux 18ème anniversaire !!! », et quand elel est rentrée, tout de suite elle a allumé la TV « Tu as vu, les attentats là ? »

    Trois jours après, ils se sont sovenus que c’était le jour de mon anniversaire.

  126. SiMouth

    Je rentrais de cours en voiture, la mère d’un ami nous raccompagnait et c’est elle qui nous a dit ça. J’avais un peu de mal à réaliser : j’étais en haut des tours tout juste 4 mois plus tôt, un voyage organisé par le collège. On a évidemment tous pensés à ceux qui nous avaient hébergé à ce moment-là et qui vivaient ça de plus près que nous, également aux employés qu’on n’avait fait que croiser là-bas et qui se trouvaient sûrement parmi les victimes. Mais tout ça, c’était après le « Oh ben merde alors ! J’ai failli pas pouvoir les visiter ! ».

    En rentrant je l’ai dit à ma mère, et c’est à cette occasion qu’on a rebranché la télé jusqu’ici rangée dans un placard depuis des années. (rien à voir, mais depuis elle est restée branchée)

    Quelques temps après, un enfant dont le père avait été tué dans cet attentat a intégré la classe de mon frère, et dans ces cas-là, on ne sait pas trop comment le regarder. Mais mon frère a vite su : il se faisait martyriser par lui.

  127. Celia

    Je bossais à la Foire Européenne de Strasbourg. Mon patron vient de me voir, en me disant qu’il s’est passé un truc. Je reste scotchée devant le stand audiovisuel pendant un temps incertain, les jambes en coton. La fille qui travaillait à côté de mon stand lâche un : « Ils font chier ces Arabes »
    Avec son racisme primaire et malheureusement très répandu, elle a résumé toutes mes craintes et mes peurs. J’ai horreur des généralités, des raccourcis et les gens cons, je les exècre (et le mot est encore faible), et je pense que c’est en partie dû à ce qu’elle a dit ce jour-là.
    La fin de la semaine s’est passée très bizarrement, entre les minutes de silence (et dans une Foire, c’est très très impressionnant) et la vague peur que le prochain attentat se fasse sur le Parlement européen ou le Palais des Droits de l’Homme, à quelques centaines de mètres de là…
    L’album de Noir Dez m’a fait bizarre aussi…

  128. Chocolat

    J’étais au boulot et je devait être en train de brancher un câble réseau sous un bureau pour un nouveau PC (ou un truc de ce genre). A un endroit pas pratique, jonction de plusieurs bureau. Le genre d’endroit où l’on essaye de faire ce qu’on a a y faire en une seule fois, histoire de pas avoir a y retourner.
    Lorsque j’entends mes collègues crier un truc du genre « Putain! Merde! ».
    Là je me dit que j’ai du accrocher le câble d’alim du PC de quelqu’un et qu’il est pas content d’avoir tout perdu ^^.
    Personne me répond quand je demande ce qui c’est passé et si je doit rebrancher un truc.
    Je sors de dessous le bureau, pour voir ce qui se passe, et en fait personne en a rien a foutre de moi. Ils sont tous autour de la radio (que j’entendais pas sous le bureau) et je fini par comprendre que « ouf! c’est pas moi qui ais fait une connerie! ».

    Ensuite, je me souvient que le reste de la journée n’a pas été très productif.

    Et que la jolie blonde sur LCI a parlé deux fois (redif oblige) des tours jumelles de… Washington… hum!! le stress toussa ;-)

  129. Saii

    11 septembre… je m’en souviens pour des raisons très personnelles d’abord et puis pour les images des corps qui tombent et le bruit… ce bruit obscène des corps qui fracassent le sol… son imaginé, vraiment entendu à ce moment là… entendu dans le reportage de deux frères qui suivaient des pompiers et qui étaient présents… je ne sais plus… Mais pour moi, plus que les tours, plus que les avions c’est le bruit mat des corps qui tombent queje garde en mémoire…

    Concernant Noir désir… Je dois Dire que B.C. n’en était pas à ses premières armes en tant que nostradamus des temps modernes…

    - « Et Marie aiguise son regard, elle a vu ce qui vient de nulle part, elle a crispé la main sur la lame, attention à la blessure madame… » « La chaleur [C’est ce demon dans son sang à elle, qui a rongé lentement ses ailes, c’est dans le ventre là, Marie sait ce qui arrivera, dans cet endroit où on laisse aller… elle se lève et prend son arme si blanche, c’est pour crever le corps de ce fils de pute, si blanc, pendant qu’il en est encore temps, allez expire bien, avance, encore mais avance, il n’sentira pas la douleur, peut-etre la peur, cette chaleur. Sous les draps trop blancs l’auréole grandit c’est le sang et Marie a les yeux qui brillent….. »

    - « Sweet Mary, you can’t always sleep Mary, They’re waiting for you, ghosts are waiting for you… » « Sweet Mary »

    - »Oh mais non rien de grave, y’a nos hématomes crochus qui nous sauvent, et tous nos poings communs dans les dents, lambeaux de peaux qu’on retrouve ça et là… » « Les écorchés »

    - »Maria s’endort elle imite les morts, les petits anges bleus lui sucent les yeux, écoute moi maint’nant et on va choisir, elle a dit on fera tout c’qui est interdit, Maria délire… » « Danse sur le feu, Maria »

    - »Si tout devient opaque, ma reine, ma reine, j’ai bien aimé ta paire de claques et surtout ton dernier baiser… » « des visages des figures »

    Voilà pour les souvenirs et en même temps désolée si je vous ais soulé avec mon interrogation sur la préscience cantatienne des évènements… :)

    P.S : je ne peux que rejoindre tous les commentaires qui vantent la justesse de ton dessin… certains jours un film semble recouvrir les vraies couleurs…

  130. Willerban

    Contrairement à beaucoup, ça ne me semble pas si vieux , j’avais déja 34 ans, je vis dans la même maison j’avais déjà mes enfants et ma vie n’a pas tellement changé depuis.
    Je me souviens que ma femme (qui était chez sa soeur) m’a appelé pour me dire qu’une tour était en flamme à New-York, genre la Tour infernale. A ce moment là, au tout début, les journalistes n’en savaient pas plus, puis ils ont parlé de rumeurs disant qu’un avion s’était écrasé dans la tour, mais rien n’était sûr. Ils nous passaient en boucle les images de la TV américaine mais ne savaient pas quoi dire. On voyait les gens dans la tour agiter des mouchoirs, mais personne ne se jetait dans le vide à ce moment là. Quand le second avion s’est écrasé, ça a été comme un uppercut, puis on nous a montré les gens se jetant dans le vide, c’était effroyable, je chialais devant ma télé, c’était long, ça n’en finissait pas, et pourquoi les hélicoptères ne venaient pas chercher les gens sur les toits. Puis les tours se sont effondrés et moi avec je pense, je ne m’en souviens pas vraiment.
    Ce que je sais, c’est que 3/4 jours après j’ai eu une crise d’appendicite et je me suis fait opérer. L’émotion et le stress n’y sont sûrement pas étrangers.

  131. gribouille

    moi ça faisait 15 j que je venais de commencer à enseigner dans ma nouvelle école (chez les marins), et j’avais dans l’idée pour mon cours du lendemain d’utiliser un article d’un canard de Chicago sur la guerre des étoiles, et l’idée des certains aux USA de relancer ce programme. Je pars laisser des photocops à faire à la repro et le collègue qui travaille là-bas me dit : « vous avez entendu ce qui se passe à NY, va y avoir la guerre… »
    Moi « non » (la guerre, comme vous y allez…) et je rentre chez moi, la zik dans la voiture. 10 minutes après, me voilà rentrée, mais ce que le collègue avait dit me turlupinait, alors j’ai allumé France info, et moi non plus, je ne comprenais rien à ce que disaient les journalistes.
    oh la la c’est grave, j’allume la télé en laissant la radio, et franchement, je croyais à un accident, jusqu’à ce qu’un peu plus tard un autre avion percute la deuxième tour.
    Pas dormi de la nuit, le lendemain impro totale en cours, interrompu pour aller nous rassembler sur le parvis, face à la mer, garde à vous, minute de silence, et drapeaux mis en berne. Dur, très dur…
    Mais quand je repense à ce moment, c’est vrai qu’il y avait un mélange d’horreur et d’incrédulité, parce que ça paraissait si irréel alors qu’on voyait ça en direct…
    en tout cas, comme entrée en matière chez les militaires…le retour sur terre fut sacrément brutal, si je peux dire!! Dans le bain tout de suite!!

    (post mis aussi chez Gally hier)

  132. Chulie

    C’est vrai, il faisait un temps magnifique ce jour là, en France comme aux USA. Ca rend toutes les photos de presse prises ce jour la (enfin avant que les cendres et la fumée n’envahissent manhattan) très douloureuses.

  133. Plume Vive

    Assise devant un programme lambda, court circuité par ces fucking news… et je me suis rendue compte que là, la new était de taille… je suis devenue froide et carrément en larmes en voyant le second avion, en entendant la voix quasi hystérique mais contenue (encore pire) du journaliste…

  134. Grinette

    je crois que nos parents se souviennent tous de ce qu’ils faisaient quand le 1er homme a marché sur la lune, nous ce sera le 11 septembre.

  135. monsieurB

    j’etais au lycée en terminale , je rentrais d’un cours d’anglais où on avait évoqué les grands monuments de New-york , dont le WTC ( encore une coincidence)
    je me souviens qu’au debut France2 pensait que l’irak et sadam y etait pour qqch.
    on voyait des irakiens fous de joies qui tiraient en l’air
    et puis meme chose en palestine.

    j’ai vu comme beaucoup , le deuxième avion en direct, je raconterais sans doute ça a mes enfants.

    B.

  136. Daria

    Je faisais mes devoirs en rentrant de la fac, et j’ai été dérangée par ma petite soeur qui ne comprenaient rien à ce qui passait à la télé : « ils parlent des Israéliens, ils ont attaqué les Etats Unis, ya une histoire d’avion » (rien que ça, c’est suffisamment incohérent pour tout lacher et suivre l’affaire en direct)…
    J’écoutais Coldplay à ce moment là, et je chantais en boucle « We live in a beautiful world ». Tout l’après-midi devant la télé, j’ai gardé la chanson dans la tête… y compris quand ils estimaient le nombre de morts…
    J’écoute plus Coldplay depuis

  137. Lapuss

    Hier, 11 septembre, je regardais la télé en mangeant des Chocapic. Mais il s’est rien passé, c’était déprimant, alors je me suis repassé Terminator II pour avoir ma dose d’apocalypse.

  138. aseyn

    Moi j’étais Boulevard Saint-Michel à Paris, j’étais à l’arrêt du 38, que j’attendais pour rentrer chez moi. Juste derrière, il y a Gibert Joseph, et je vois des gens agglutinés à l’entrée, tous entrain de regarder l’écran géant au-dessus des escalators, avec le son à fond dans tous le magasin. Ils passaient TF1 et ça venait juste d’arriver, le présentateur parlait encore d’accident. Je me souviens que l’amas de gens a grossi encore, ils s’arrêtaient tous pour regarder, même depuis le trottoir. C’était à la fois excitant et terrifiant, on sentait qu’il se passait quelque chose. Je suis rentré chez moi et j’ai croisé ma mère à la sortie du métro, entre temps une tour était tombée. Le temps d ‘arriver chez nous, la deuxième venait de sombrer aussi..

    Je me souviens aussi de l’attentat dans le RER ST-Michel en 1995, je regardai « Sauvés par le gong », et ils ont coupés l’episode en plein milieu, les enfoirés.

    Ah et l’attentat dans le RER à Port Royal un an plus tard, je m’en souviens car j’ai entendu le BOUM au loin, et je me rappelle avoir demandé à mon frère s’il avait pas entendu un gros bruit bizarre.
    Pour l’anecdote (si je puis dire), Goupil se trouvait dans le RER ou l’attentat a eu lieu… mais bien evidemment à l’autre bout des rames.

    Que de beaux souvenirs..

  139. Audrey

    Moi, ce jour là, j’étais dans mon studio d’étudiante, en train de faire le ménage à l’approche de la rentrée scolaire… J’avais la tête dans le frigo, une éponge dans une main, un torchon dans l’autre… la télé était allumé derrière moi, en bruit de fond (je n’avais pas ma radio), un téléfilm à deux balles passait… je n’y faisais pas attention, ça servait juste à casser le silence.
    Mais tout à coup, j’ai entendu la musique du flash info. En plein milieu de l’après-midi, c’était étrange. Je me suis donc approché de la télé, toujours avec mon éponge et mon torchon dans les mains… là, j’ai vu les premières images. J’en suis tombé littéralement sur les fesses (sur mon canapé, heureusement !!), et j’ai scotché l’écran pendant longtemps… très longtemps….

  140. Francine

    le 11 septembre 2001, j’étais partie avec mes parents pour aller choisir la future Mastiff de mon père, le chien de ses rêves. Arrivée chez les éleveurs, nous passons du temps à remplir les dossiers d’adoption, je craque pour une chienne timide et câline qui a 1 an passé que je décide d’adopter aussi. Nous allons voir les chiots pour mon père et pendant que nous jouons avec eux, je bloque sur la tv mise en sourdine (« pour habituer les bébés aux bruits »), les images du premier crash… Nous regardons tous, mais on reste dans l’ambiance plaisanterie en pensant à une bande annonce de film, on a beau mettre le son plus fort et écouter, on est 4 à se dire « non ce doit être un film »…
    Bref, nous choisissons le chiot, nous repartons avec nos deux nouveaux toutous et nous attendons quelques km en bavardant joyeusement, avant de nous décider à écouter la radio pour en avoir le coeur net.
    Le chemin du retour a été bien long et bien silencieux, les informations arrivaient décousu, nous n’arrivions pas à accepter les choses et encore maintenant, j’ai l’impression qu’il m’a fallu bien 2 ou 3 jours avant de mettre en route mon petit cerveau et de réaliser l’étendu du drame.
    Et quand nous cherchons l’âge de nos chiens, on n’oublie jamais l’année 2001

  141. Pouick

    Ben moi le 11 septembre, je bossais dans une banque et quand on m’a dit « un avion est tombé dans le WTC », j’me suis dit « ben fallait bien que ça arrive un jour, y’a bien des Boeing qui se crashent sur des hôtels ».

    En fait, je croyais qu’ils parlaient du World Trade Center de Genève (pas très grand) vu qu’il est tout à côté de l’aéroport…

    Quand je suis rentrée à la maison, j’ai trouvé mon frère scotché à la télé (alors qu’il regarde jamais la télé d’habitude) et c’est avec les images d’Euronews que j’ai pigé de quoi il s’agissait en vrai. J’me suis trouvé très conne…

    Un ou deux jours plus tard, ma famille d’accueil aux US me téléphonait pour savoir si je comptais toujours venir passer une année dans leur pays en Novembre. :| Ben j’y suis allé et j’ai vécu le post-9/11 en direct là-bas.

  142. Coupe_Kolonel

    J’étais en plein cours d’italien, en Terminale. C’est un des pions de l’internat qui nous a appris la nouvelle. Le soir, tout l’internat était scotché devant la télé, nous étions incrédules.

    Après avoir retrouvé mes esprits, j’ai essayé d’appeler ma famille à NYC, malheureusement toutes les lignes étaient saturées et pas moyen d’avoir des nouvelles. Ce n’est que quelques semaines plus tard que j’ai su qu’ils allaient bien, même si un de mes oncles a dû évacuer son building, situé à une centaine de mètres des tours jumelles.

  143. Hermineuh

    Je révisais mes rattrapages avec une amie. On était en plein cours de « Relations internationales » quand on a reçu un SMS d’un ami disant que des avions s’étaient écrasés sur New York.
    Nous avons pensé à une blague car il devait aller au cinéma dans l’après-midi. Après avoir compris que c’était pas un délire de sa part, nous avons jeté un oeil sur internet (pas de télé) et réalisé ce qu’il se passait.
    Etrangement, la révision de ce cours portant sur le respect des Nations a pris une toute autre ampleur.

  144. hm

    Ce jour là, j’allais aider la soeur d’un copain à emmenager. pas de radio dans ma vieille bagnole de l’époque, C’est avec beaucoup d’incrédulité, comme beaucoup de monde, que j’ai vu pour la première fois ces images en arrivant chez mon ami. Nous avons assisté en direct à l’impact du deuxième avion, Et puis , déménagement oblige, nous avons éteint la télé, et ce faisant, remisé l’évenement dans un coin de notre esprit pour le reste de la journée. C’est seulement le soir que tout cela est revenu au premier plan pour moi. Je ne pense pas être le seul pour qui il fallu plusieurs jours pour prendre pleinement conscience de l’ampleur de l’évènement.
    Anniversaire à portée plus personnelle : deux jours plus tard, j’embrassai pour la première fois celle qui partage aujourd’hui ma vie, Dans 6 mois, nous serons parents.

  145. kame

    je sortais du lycée. J’étais dans le bus avec un pote et on papotait gentiment. Quand il a commencé à faire attention à ce qui était dit à la radio. Un mot l’avait interpellé. Pero je n’ai pas écouté et j’attendais qu’il ait fini pour reprendre notre conversation. Quand il se retourne vers moi me regarde dans les yeux et me dit « non mais tu te rends compte!! il y a un avion qui est entre en collision avec les tours jumelles!! C’est pas possible c’est un canular. On se moque de nous. Etc…. » Sur le coup je n’ai pas compris de quoi il parlait, je ne me suis jamais intéressé de prés où de loin au monuments américains. Mais par curiosité en rentrant chez moi j’ai allumé la télé, et j’ai compris….ET quel horreur de voir ces gens se jeter (ou être propulsé) dans le vide. Ça m’a marqué. Mais la seule vrai pensée que j’ai eu à ce moment c’est que l’Homme est vraiment fou et je me suis demandé jusqu’où on irait dans cette folie….

  146. Amandine

    Très belle note, et bonne idée les commentaires.
    J’avais vingt ans moi, j’étais au fin fond de l’ardèche, on est rentrés nos portables avaient 10 messages avec une copine…
    Le seul truc auquel j’ai pensé : c’est la 3ème guerre mondiale, mon cpain va faire la guerre… c’est débile mais c’est vrai, en même temps je venais de trouver le grand amour!
    10 jours plus tard, AZF, j’étais chez moi à toulouse, et face au vent de panique qu’il y avait eu à l’époque, j’étais plutôt zen…

  147. Bruno

    Personnellement, j’étais au boulot, quand un collègue est arrivé en l’annonçant, on lui à répondu « ah ah, très drole, quel déconneur » ou quelque chose comme ça car on le croyait pas, puis on a été voir sur le net…
    … L’impression de regarder un film Hollywoodien, une recherche wikipédia pour voir combien de monde il peut y avoir là dedans. Je pensais en même temps à une copine qui bossait normalement dans les derniers étages d’une des tours…

    … Pas moyen de la joindre, l’appel n’aboutit pas…

    … l’arrivée du second avion qui transforme l’accident en attentat. Le souvenir de la visite de ces tours, la taille des escaliers qui doit demander un temps fou pour que les gens ayant la chance d’être en dessous des flammes puissent sortir…
    … L’horreur en une seconde. Une formation de secouriste et d’intervenant d’incendie alliés à l’imagination visuelle n’aident pas dans ces moments là…

    …Puis une première tour s’effondre, suivie par la seconde, en même temps qu’internet…

    Plus tard en sortant pour prendre mon deux roues et rentrer, je passe à coté d’un gros con hilare, disant notamment « ça leur fera les pieds », je regrette à ce moment de ne pas encore avoir mon antivol pour lui arracher la tête avec, mais lui doit depuis toujours être en position fœtale à se les tenir à deux mains…

    Quelques temps plus tard, j’ai appris que ma potesse était, à ce moment là, dans sa ville de naissance, en train de fêter les 40 ans de mariage de ses parents. Honteusement heureuse quelque part de n’être QUE au chomage, en pensant à tout le reste de l’entreprise où elle bossait et surtout à ses collègues qui étaient au dessus des impacts.

    (Putain de belle note, ceci dit)

  148. Lulune

    Je rangeais mes affaires pour partir en erasmus quelques jours plus tard, j’écoutais Chérie fm (eh ouais), ils ont interrompu je ne sais plus quelle guimauve pour annoncer le premier avion… je me suis jetée devant la télé… sensation glaçante, panique quand le deuxième avion s’est jeté dans la tour en direct…le feu, les gens qui se jettent par es fenêtres, l’effondrement des tours, larmes incontrôlables…

    Pendant ce temps là j’appelais tous ceux que je pouvais joindre de ma famille pour avoir des nouvelles des aimés là-bas, même s’ils n’avaient aucune raison d’être dans ce coin de la ville… bien sûr, vers les Etats-Unis, toutes les lignes étaient saturées…les premiers à passer à travers le bouchon ont relayé l’horreur, et le soulagement honteux de n’avoir perdu personne…Ensuite, 7 ans d’imbécilité du Crétin nous ont fait payer chaque jour un peu plus, et le monde avec.

  149. Elo

    J’avais tout juste dix ans et j’étais à l’enterrement de mon cousin (ce jour commençait déjà dans la joie) quand le premier avion a percuté la première tour. Je me souviens qu’avec mes parents on suivait minute par minute le déroulement des événements sur le chemin de la maison. Une fois rentrés, j’ai pris un bouquin dans lequel il y avait une photo de Manhattan et j’ai dit quelque chose comme « C’était là. »

    L’anecdote sur la chanson « prémonitoire » de Noir Désir m’a fait penser à Chuck Klosterman (critique rock et romancier)! Pour lui, c’était OK Computer de Radiohead, l’album prémonitoire du 11 septembre.

  150. le pantin

    Elle a un je-ne-sais-quoi de sensitif cette note Obion. Etrangement, on se rassemble tous autour d’un souvenir dramatique…
    Le 11 septembre 2001, je me trouvais au travail, avec 5 ou 6 collègues, nous buvions le café au cours d’une improbable pause, et, comme si le monde était convié au grand spectacle, nous avions allumé la télé. Le programme a été intérrompu et je me souviendrai toujours du « Tain ! regardez! c’est quoi ce truc ! » que l’un de nous a lancé. Après on est tous restés silencieux pendant de longues minutes, nos regards paralysés par l’ondulation des colonnes de fumées noires…
    C’est vrai que ça faisait froid dans le dos…

  151. abirato

    Quelqu’un a-t-il évoqué aussi « imagine » chanté et interprétée au piano solo à la télé américaine (soirée de deuil du 11 septembre) par le génialissime Robert Wyatt? On m’a dit qu’alors elle était interdite par le gouvernement parce que pas assez « vengeance absolue » sans doute (les troupes étaient déjà parties en Irak). Je confonds peut-être, pas retrouvé de traces de ce que j’avance. Vive Clint Eastwood, Vive Sean Penn! (engagement politique)

  152. nonolerobot

    je suis arrivée ici par le blog de gally où j’ai écrit un petit truc rapide. Donc, j’étais chez moi, chez ma mère, j’en profitais tat que ce n’était pas la rentrée universitaire. De cette journée, je n’ai comme souvenir qu’un seul moment (court ou long je ne peux absolument pas dire). J’étais avec un de mes frères, dans la salle de jeux (une pièce de l’appartement ainsi nommée parce que mes frères et soeurs et moi avons grandi et que cette pièce nous était réservée). Mon frère avait mis la radio, comme il le faisait souvent, skyrock sa radio fétiche de l’époque. Je croyais à une blague de très mauvais goût, une mauvaise façon d’annoncer un film. Les images je les ai vues par la suite, probablement le jour-même. Mais la seule chose dont je me souvienne c’est mon petit frère et moi devant la radio. Depuis je pense aux victimes, aux gens qui ont perdu quelqu’un. Je me souviens aussi qu’après, un jour, les médias ont annoncé que le nombre de soldats américains morts en Irak avait dépassé le nombre de mort dans les tours. Aux infos, ils avaient montré le portrait d’un jeune soldat (trop jeune à mon avis) comptabilisé comme représentant ce nombre fatidique.

  153. lilou

    Le 11 septembre, j’ai eu un moment de flottement avant de comprendre, j’étais en voiture avec des amis, on entend le flash spécial à la radio, mais je ne savais même pas ce qu’était le WTC en fait! Entendant sans vraiment réaliser. Après oui: et clairement voir un tournant dans une histoire, avec un nouveau mot qui change de sens « terrorisme ». Les terroristes étaient les résistants pendant la 2 guerre mondiale!

    Sinon pour réagir à certains commentaires:
    C’est « marrant » de parler de chanson prémonitoire ect: en fait quand on lit des polars américains de 1998-99, on retrouve cette peur latente dans NY, il y avait déjà eu une tentative d’attentat au WTC, d’autres dans le monde contre des ambassades américaines,…
    Nous, en petits français, je crois qu’on n’arrive pas à saisir cette angoisse américaine, israélienne, d’être attaqué du jour au lendemain.
    Je m’en rends compte seulement maintenant, après des années à critiquer ces deux pays et leur politique étrangère: il faut tenir compte de cette peur/angoisse irrationnelle (et pourtant justifiée) pour comprendre leurs choix politiques.
    Qu’on rapporte le nombre de morts faibles en total pour relativiser ce 11 septembre me choque: c’est envisager la vie, les êtres humains comme un nombre, froidement, comme du bétail, et non des individus coincés dans un avion alors qu’ils rentraient chez eux,qui sait le nombre de personnes géniales qu’il y avait dedans?
    Dire « Bien fait les américains » me dégoûte profondément, c’est exactement du même niveau qu’attaquer l’irak et enfermer les palestiniens à Gaza: ne pas tenir compte des autres, ne pas se mettre à leur place, et c’est justifier toutes les guerres par ce nationalisme englobant les individus dans un « les américains bouuuh pas bien », les serbes bouuuh, ect ect.
    Soyons plus fins, pitié!

  154. mag

    moi,la première chose que j’ai pensé ce jour là en voyant la mort en direct ce’st »la troisieme guerre mondiale vient de commencer »…
    je trouv e horrible cet attentat car c’est plus proche de nous,mais n’oublions pas tous ces gens qui meurent tous les jours ds la plus grande indifference ds des pays où la vie humaine n’a plus bcp de valeur:afghanistan,tibet,afrique…qui décide qu’une vie américaiine a plus de valeur?
    surement l’argent du gouvernement..putain de fric..

  155. lilu

    Moi je sortais du college et ma mére en voiture qui venait me chercher avait l’air trés désemparé par ce qui arrivait. Je crois que moi ca me dépassait totalement.

    Ce que je trouve blessant c’est ceux qui disent qu’il n’y a jamais eu d’avions, je trouve ca horrible pour les familles qui ont perdue quelqu’un dans l’avion.
    Jamais je n’ai pensé bien fait les américains, je suis contre minimiser ce drame, mais chaque jours dans plein de pays d’Afrique (Congo tout ca) y’a une tripotée de gens qui meurent, et ceux là on s’en fiche parce que c’est les africains. (J’aurais tout aussi bien pu prendre le cyclone qu’il devait y’avoir alors que l’Inde est sous la plus grosse mousson connue depuis 1950 ). Quand on voit les infos on a l’impression que la vie de certains citoyens comptent plus que d’autres.

  156. Marquise

    Moi je me rappelle que mon père, paniqué, m’a dit « T’as entendu?! Il y a un avion qui a foncé dans les tours à N-Y » et que, sur le moment je ne comprenais pas pourquoi c’était si important. Je pensais quelque chose comme « oui bah certes c’est horrible un accident d’avion mais bon en même temps c’est pas comme si c’était la première fois que ça arrivais. »
    Ce n’est qu’en allumant la TV que j’ai compris.

    (Sinon belle note comme d’habitude, ton blog est vraiment…waaaaw!)

  157. lenono

    mon 11 septembre, celui de l’attentat est plutôt long à raconter, j’étais dans un pays de l’est à l’époque (Bulgarie), et la nouvelle, à pas mal secoué tout le monde…
    faut dire qu’ils craignaient tous avec conviction un retour à la guerre froide, avec fermeture des frontière et tout le tralala.

    sinon, le 11 septembre 2008, j’ai divorcé.
    hu hu hu

  158. cyril

    Avec un peu de retard, ce lien http://cousinsdabord.blogspot.com/2… où je me rappelle cette journée.
    Merci pour tout

  159. JB

    Lors que je finissais tôt, j’avais l’habitude d’aller faire mes devoir au foyer du lycée, tout en me lobotomisant devant les clips de M6 sur la télé. Cette fois-ci, ce n’était pas les clips… Ma première réaction fut « mais pourquoi ils ont zappé sur Arte?? » Puis je me suis rendu compte assez vite de la chose. Tout le monde était scotché devant la télé, élèves, pions et même certains profs. Un gros point d’interrogation était scotché sur nos visages.

    À propos de Noir Désir, il faut aussi souligner que dans le livret de Des Visages des Figures, Le Grand Incendie est illustré par un montage représentant New York en feu.
    Dans le même genre, le groupe de hip hop The Coup a eu de gros problèmes: la pochette de leur album sorti deux mois plus tôt les représentait en train de dynamiter le World Trade Center. Pas écouté.
    Enfin, le deuxième album (et très bon!) album de Explosions in the Sky est sorti le 27 août 2001. Un avion est représenté sur la pochette, et au dos de cette pochette est écrit « this plane will crash tomorrow ». À quelques jours près c’était bon.

  160. YanG

    je tapais mon mémoire d’études sur ordi… et tiens j’vais m’accorder une ptite pause : j’allume la TV (je précise que j’avais pour habitude de mettre la télé sans le son, mais avec de la zik en fond sonore)… 1ere chaine : une tour en feu, bof, encore un téléfilm à la con, zap ! 2e chaine : tiens la même chose… … 3e chaine, idem… tiens ? bizarre… j’arrête la zik, je mets le son et gloups…voilà, je reste scotché…

    et en fin d’après-midi, je devais sortir et faire Paris nord à sud : j’ai pas osé prendre le métro, trop les boules… je me suis tapé 1 h de bus, en regardant les passagers : savent-ils ce qu’il s’est passé ? sont-ils au courant ? les gens à l’extérieur avaient l’air de vivre normalement et pourtant qlqchose avait changé.

  161. Jerry

    Noir Désir encore plus prophétique : « Septembre, en attendant », sur 666.667 club…
    Le 11 septembre 2001, je me baladais dans la campagne avec mon copain de l’époque, après un week-end de mariage super pourri. A l’heure du premier avion à peu près, on était en train de caresser un petit chat et il nous a griffés tout d’un coup. Puis on est retournés chez ses parents regarder la télé, il y avait un reportage sur les loutres, et c’est là qu’on a vu le petit texte défiler en bas de l’écran comme le jour de l’assassinat de Rabbin, alors on a vite changé de chaîne. Le second avion, on l’a vu se cracher en direct.
    Quelques heures après, on devait prendre le train, on a entendu l’écroulement des tours dans la voiture qui nous emmenait à la gare.
    Je me souviens des émissions spéciales de France Info pendant 8 ou 10 jours après, le déblaiement des corps, j’écoutais la radio toute la journée, c’était morbide.
    J’ai plus pu me désintoxiquer des infos pendant des mois ensuite, il me fallait un bulletin d’information toutes les deux heures au moins, j’avais trop peur qu’il se passe encore quelque chose d’horrible pendant que j’avais le dos tourné.
    C’est comme si ce jour-là avait jeté une lumière noire sur tout ce qui a suivi. Tous les mois après, et même les présidentielles de 2002, je les ai vécus comme une conséquence de ces avions. Et le monde d’aujourd’hui aussi, il garde encore la trace de ces jours obscurs.

  162. jgab

    j’ai du retard …
    je venais de passer une journée au taf comme d’habitude finissant vers 15h00 ,il n’y avait pas de signe avant coureur jusqu’à ce que je rentre chez moi et que j’allume la télé sur ces tour en feu (depuis une heure) ! sur toutes les chaines ! j’ai eu du mal a croire que c’était du direct je me suis dit non c’est pas possible il ont pas diffusé ça … sans couper les morts !
    ce n’est que le lendemain que la famille les amis et les collègues du taf parlaient de l’horreur de la chose comme si c étais (malheureusement) une chose acquise , entrée dans l’histoire , personne n’est à l’abri des fous ….
    j’ai eu du mal a dormir les premier jours , mais j’ai fini par m’y faire comme les autres .

  163. abirato

    Je voudrais dire, suite à son commentaire, à lilou qu’il faut aussi savoir lire entre les lignes des gens (moi ou d’autres commentaires de cette note d’Obion), leurs discours et ne pas les interpréter en noir ou blanc est la véritable finesse. L’humour, la distance, les chiffres, les comparaisons, les positions, les autres faits, théories, l’antiaméricanisme de base, tout ça n’est que l’expression personnelle, ou une réflexion, une provocation parfois… Nous nous sommes tous ici connectés sur ce blog intelligent (n’est-il point?), on ne prêche pas à des convertis! On sait bien que des morts restent des morts, uniques ou multiples. Il y en a et y en aura encore. Si le 11 septembre est « un fait historique marquant » c’est bien parce que sa portée est à la fois géopolitique et très lourde symboliquement d’où qu’on se place, où qu’on soit né dans ce monde. On ne peut ni réduire ça à des chiffres, ni à des victimes innocentes si innocentes qu’elles soient. Cela génère donc son lot de ragots, discussions et réflexions ouvertes: la preuve sur cette simple page. Je peux dire que c’est exagéré parce que j’aimerai que ce ne soit rien. Autre preuve moi j’aime à la fois Pieter Bruegel l’ancien et Petit ours brun, Tarkovski et Cassavetes, Wes Anderson et Jim Carrey, Bach et Noir Dez, Groland et National Géographic, les Monsieurs Madames et Steinbeck, les blagues blondes et les blagues nazies, Leningrad Cowboys et Massada, etc etc etc etc.

    Peut-on rire de tout? Il le faut! Peut-on rire avec tout le monde? C’est là à mon sens tout le malheur de l’homme…

  164. abirato

    J’ai écrit la note précédente hier soir, en la relisant je me dit qu’elle ets peut-être floue, je voulais juste dire qu’on est tous complexes et qu’il ne faut pas juger les gens sur un seul propos, une formulation, même toute faite.
    On est même le plus souvent paradoxaux, ambigus, plusieurs facettes, schyzos, changeants, comme on veut. Voilà. Et je maintiens mon dernier paragraphe (symbole §).

  165. Antouziast

    Même si le lendemain j’ai tout compris, le jour même je sais pas j’avais un pet en travers, j’en voulais à france 3 de ne pas diffuser les minikeums, et au lieu de ça diffuser un documentaire, j’étais bête hein ?

  166. Pom

    C’est marrant comme tout le monde se rappelle précisément ce qu’il faisait ce jour là, à ce moment là…

  167. Tiyab

    J’étais encore à la Réunion, il était 20h00 (18h en métropole) quand j’ai allumé la télé, et là, on ne voyait que ses images, la tour en feu, puis le second avion qui s’écrase. Mes yeux se sont équarquillés, j’ai pensé à un cannular. Je ne pouvais pas y croire. J’étais en train de vivre l’horreur avec eux… C’est devenu insupportable, j’en pleurais…
    Le 13 septembre, je prenais l’avion pour venir en Métropole… J’avais jamais eu peur de l’avion et des gens avant ce jour là…

  168. marina

    D’abord: cette planche est trés belle et bonne.
    Pour la réponse.
    J’étais PE2, à l’époque, prof des Ecoles stagiaires et il faisait beau et chaud dans le Gers où on m’avait envoyée.Je ramenais des copines/collègues à la gare avant de rentrer chez moi.J’ai allumé la radio, les filles disutaient fort sur la banquette arrière.Enervées et fatiguées de la journée, contentes de rentrer.J’ai dit chut, attendez, y a quoi, là? J’ai pensé à un gros canulard..mais il paraissait bien gros pour occuper la FM à ce point. Les filles jacassaient tjs et j’entendais des bribes d’inconcevable.Elles sont parties vers la gare en faisant des coucous et en n’ayant rien entendu. Le reste du chemin, seule en bagnole, je crois que j’étais abasourdie. En rentrant j’ai vu les images à la télé, et je me suis dit que ouais, là, y avait un truc qui commençait sacrément à merder dans ce monde.
    Pourtant, quelques mois aprés, la vie est née en tout petit dans mon bidon et même que c’était voulu.

  169. marina

    j’ajoute que dans le genre ‘à prendre avec recul, pas avec grand sérieux », etc il y a, à propos des prémonitions et autres le trés mais TRES divertissant « Les arcanes du chaos » de Maxime Chattam, bati autour du 9/11.
    Pour se DIVERTIR. Le genre qu’on lit d’une traite. CQFD

  170. Spard

    J’ai surtout le souvenir de regarder les événements comme un mauvais film américain : On vous montre le lieu du drame, on fait monter la pression, on vous envoi le final (la 2e tour, l’effondrement), puis d’un seul coup, en surimpression, on vous balance la tête du méchant (et quelle tête de méchant télégénique!). Comme ça. D’un coup. « C’est lui qui a fait ça! » Ce gars sorti de nulle part et dont personne (ou presque) n’avait jamais entendu parlé.
    Ça rendais la scène encore plus irréelle.
    Puis j’ai vu les gens se jeter dans le vide…

    Merci en tout cas Obion pour cette chouette idée, et merci à tous les commentateurs, ça fait une heuure que je suis bloqué, moi qui ne les lis jamais. Pour le coup ça va faire plaisir au CGGCBBDFF ;)

  171. lutine

    j’etais en cours. Je me souviens bien plus du lendemain. Dans le bus une fille parle : De toute façon ils s’en foutent, ils allaient les détruirent parce que c’était plus les deux plus grandes tours du monde.

    je lui ai demandé si elle se rendait compte de ce qu’elle disait, elle m’a regarder sans comprendre

  172. Lindael

    Bonsoir et bravo pour cette très belle planche.

    Je n’ai pas vu les images, pas tout de suite, en tout cas.
    J’étais chez un client, près de Vannes. A un moment, un de mes collègues m’appelle et me dit : « c’est la guerre, un avion s’est écrasé sur le World Trade Center ». Je me souviens avoir imaginé un petit avion de rien du tout. En tous cas, son histoire n’était pas très claire.

    Ensuite, dans la voiture en rentrant, j’ai entendu les commentaires à la radio. Et je pensais : « bon, ce sont des constructions énormes et très solides. D’accord, il y a le feu, et sûrement beaucoup de morts, mais ils vont évacuer les tours, pas vrai ? Et puis, les pompiers vont y aller et sortir les gens » Quelques minutes après, le type dans la radio a dit que l’une des tours venait de s’effondrer. Avec les gens dedans, et les pompiers aussi. « Nonmaisnonmaisnonc’estpaspossibleputainmais j’ycroispasmaisnonmaisnononononon ! »

  173. karicature

    je ne me rappelle pas de cette journée ou très peu car pour moi c’était un évènement qui ne concernait que « les autres » par contre j’étais fascinée par les super photos qui en découlait comme cette vue des restes de tours, dans un brouillard de fumée, un semblant de cathédrale qui était mis en valeur par une superbe lumière
    je me rappelle avoir fouillé google à la recherche de vues aussi belles

    ce qui m’énervait le plus était que les journalistes insistaient sur le fait que ça ne pouvait pas arriver aux ricains ! pourquoi aux riquains, à ce peuples d’intouchables ? et je me mettais du côté des accusés ^Ö^

    c’est le jour où ça a pété à Toulouse que j’ai commencé à flipper et que j’ai compris qu’aujourd’hui le monde était petit et que tout pouvait arriver à n’importe quel point du globe
    j’ai passé ma journée de boulot à téléphoner à mon fils qui était à Toulouse ce jour là et ce n’est que vers 17H que j’ai enfin eu de ses nouvelles
    je crois que c’est demain l’anniversaire mais ce n’est pas important, ce qui compte le plus dans la vie c’est de regarder devant sans se retourner car ce qui est fait est fait est ne peut être corrigé …

    les commentaires sont excellent, ça change des « lol » « kikou » et « prem’s » on sent le niveau de l’artiste même si c’est pas voulu hahahaha
    (le com de lutine est excellent, incroyable même)

    et je suis contente d’avoir attendu plus d’une semaine pour rajouter mon petit grain de sel car quand je commente c’est pour l’auteur et pas pour son public et j’aime parler avec toi en tête à tête ^Ö^

    on t’a déjà dit que tu n’étais pas mauvais en dessin toi ?

  174. Marie

    Suis-je la seule à ne pas me rapeller de ce jour, ce que j’étais en train de faire, et ce que j’en ai pensée sur le moment =$ ?

  175. Anna

    J’avais 10 ans, je rentrais de l’école, j’ai allumé la télé, y avait pas les dessins animés, j’étais dégoutée,parce que j’en avais rien à foutt’ des Amerloques, et ensuite je suis allée chez ma voisine avec ma mère.
    Et le lendemain, la maîtresse elle nous a expliqué ce qu’étaient les terroristes ! C’est des gens qui se tuent pour tuer ! ça m’a marqué, cette phrase

    Bref, bonne idée d’article ;)

  176. laptite

    A cette époque, j’habitait NYC, j’étais en cours au lycée, à 9h30 notre proviseur adjoint est rentré dans notre classe de maths et nous a dit « il y a eu un attentat au world trade, on ne sait pas si l’école va fermer ou pas, on vous tient au ocurant ». on a tous pensé que c’était rien de bien grave jusqu’à ce qu’on descende dans la rue à l’heure de la récré (10h). il n’y avait que très peu de voitures et on a tous vu une immense colone de fumée (alors qu’on était à 90 blocks du WTC). un van rouge était arrêté et avait les porte ouvertes avec les infos à fond sur sa radio; On a entedu ce qu’il s’était passé, on a tous essayé de joindre nos familles mais nos portables ne passaient plus. on s’est tous précipité dans l’école pour utiliser les téléphones fixes, là j’ai croisé mon proviseur adjoint (qui connaissait ma mère) et m’a dit qu’elle allait bien. Même si j’étais rassurée, rien n’y faisait je DEVAIS téléphoner à ma mère. Après l’avoir eue, je me suis effondré en larmes…probablement de soulagement. la mère de ma meilleure amie avait RDV ce matin là avec un de ses amies devant les tours, ma meilleure amie était plus que pétrifiée. Elle aussi a pu joindre sa mère qui n’était pas allée au rdv et ell aussi a fondu en larmes. On n’a pas eu le droit de sortir du lycée, avant que nos parents viennet signer une décharge. Ma mère est venue vers 14h30 signer une décharge pour 2 amies et moi. Nous sommes ensuite rentrées chez moi. On s’est mises à la fenêtre, (j’étais au 43ème) et on a regardé vers le sud, on a vu ces colones de fumée, ces incessant bruits de pompiers, ambulances etc….des bateaux militaires naviguaient sur la east river, les avions militaires survolaient la ville, plus une voiture ne roulait sur la 1ère avenue…c’était incroyable, on aurait dit que ces images sortaient d’un film.
    A la télé les mêmes images passaient en boucle c’était insuportable, on l’avait vécu, de plus ou moins près, on ne voulait plus le voir.
    Le lendemain on n’a pas eu cours, la 1ère page du NY Times était une photo couleur d’un homme se jetant par la fenêtre d’une des tour du WTC…j’ai personnellement trouvé ça honteux….
    Les cours n’ont repris que le jeudi et l’ambiance était gloque…c’était l’année de notre bac mais la tête n’était pas aux études…..

    A la télé on nous montrait que ça, à la radio les gens disaient que tous les ponts de manhattan allaient sauter et que du coup on serait coupé de tout; Dans la rue les gens gardaient espoir, des veillées étaient organisées. Dans ce moment tellement tragique, je n’avais jamais rien vu d’aussi magnifique.

    Personne de ma famille n’a été blessé mais la peur que l’on a pu ressentir pendant cette journée et celles aui ont suivies sont indescriptibles….

    Je n’habite plus là bas mais encore aujourd’hui, 7 ans après, quans j’y vais je suis incapable de passer devant le WTC……

  177. Myli

    Quand c’est arrivé j’avais 11 ans et j’étais en pensionnat, pas mal coupé du monde. Je n’ai su que le lendemain ce qui c’était passé, mais ça restera encore dans ma mémoire pour bien longtemps.
    J’attendais en file pour aller chercher mon déjeuner quand j’ai posé les yeux sur la table où se trouvait les fax de nos parents et habituellement les BD du journal. Mais là ce n’étais pas comme ça. La table était remplie de coupure de journaux faisant état de la tragédie. Des images des tours en feu, de gens qui pointes les tours en criant, de gens qui sautent des fenêtres (assez fort pour des gosses de 9 à 11 ans..)
    Encore aujourd’hui la photo de cette femme au cheveux noirs et au par-dessus beige pointant vers les tours reste gravée dans ma mémoire

  178. Nicolas Sarkozy

    merci à toui pour l’img :D

  179. Gizmo

    Je l’ai appris en allumant la radio au retour du travail. Le journaliste a dit (si ma mémoire est fidèle) : « le World Trade Center n’existe plus ».
    Ce soir-là, comme la plupart, j’ai fait une orgie de télé, à regarder les vidéos des attaques qui tournaient en boucle sur toutes les chaînes.
    Je me souviens du sentiment d’irréalité que je ressentais en voyant ces images. Je me souviens aussi d’avoir eu pendant quelques jours, la crainte d’une réaction américaine nucléaire à cette attaque.

  180. Ln45

    et bien moi, c’est mon anniversaire le 11 septembre…

    et ce jour là, c’était donc aussi mon anniv’ (comme tous les ans…)

    pas trop le moral, ma mèèèèèèèèère me sort de ma sieste cafardeuse par un coup de fil (j’suis comme gally, je complexe sur mes kilos en trop ! et surtout les jours de « bilan »)

    et elle me dit: « tu sais pas quoi ? y’a eu un gros truc aux états unis… du coup y’a plus côte ouest ! »
    moi « mmm, ah oui… ah ben mince » (j’m'en fous j’ai pas de télé)
    elle : »bon anniversaire ma chéri et blablabla et blablabla »

    ce n’est que le soir, quand les potes sont venus faire la fête que j’ai compris que…. ma mère était cinglée :-)

    c’est chouette chez toi aussi…
    Merci

  181. M

    Eh bien, je n’ai pas le courage de lire tous les commentaires pour voir si ça a déjà été souligné donc ça va sûrement faire écho à d’autres mais le dessin illustrant le paragraphe « abasourdi par cet avant goût d’apocalypse… » est vraiment bien fait. Une vue extérieure dont se dégage une tête de mort. Franchement, je trouve ça très bien trouvé et dessiné.
    Clap clap clap !

    M.

  182. Angie

    Mardi 11 Septembre 2001. Environs 15h de l’après-midi. J’ai 19 ans. Je suis avec une amie chez moi. On a séché les cours. La flemme. On est à la maison depuis près de 2h, la télé est allumée, fond visuel. Notre cd de l’été tourne en boucle sur la chaîne stéréo. On boit un chocolat chaud debout dans la cuisine, elle, adossée sur l’évier, moi contre le meuble du micro-onde, la fumée sucrée en dessous des narines, les mains entourant la tasse bien chaude. On rit, on parle des cours, du week-end dernier… Du coin de l’oeil, je vois l’image sur l’écran cathodique changer. Une banderole rouge affiche Flash Spécial USA. Je continue à parlé et rire avec mon amie tout en regardant plus intensément le petit écran. « C’est quoi ce bordel?… »

    Je me tais et me dirige vers le salon. Mon amie parle toujours. Le mur l’empêche de voir. Elle me suit et enfin se tait. On monte le son de la télé, on éteint la chaîne, et on bloque, les yeux écarquillés… Une heure, peut-être plus… L’horreur… La logique… Une… puis deux! Les personnes devant un rideau de feu… Des points qui tombent des fenêtres…

    Soudain la sensation d’être seule au monde. Un seul besoin : voir du monde, avoir des parents au bout du fil. On raccroche. On coupe le son de la télé. Plus envie d’entendre se craquement, se grincement. Plus de bruit, pas un son, rien… mais… attend… pourquoi c’est si calme. Un auto-pont fait face à la maison, il y a toujours du bruit, toujours… On ouvre la fenêtre. Il y a des voitures, un bus, un ou deux camions. Tous arrêtés en plein milieu du pont. Tous! Un motard accoudé sur la porte d’une voiture aux fenêtre ouvertes. On entend des radios au loin « Deux tours! États-Unis! catastrophes!… »

    On a jamais fini notre chocolat.

  183. abirato

    en lisant ça http://www.vincentdutrait.com/blog/… jusqu’au bout, il y a un rapprochement certain avec ce billet!

  184. feu Kaenji

    Je m’en souviens pas du tout je pense que je m’en foutait ou alors j’était un peu jeune pour piger

  185. alanhorus

    A cette date j’ai perçu une pensée précise qui disait :  » tu as subi une perversion humaine, tu vas voir, le monde va subir une perversion grave! » Depuis ce jour les questions que je me suis posées n’ont acquis de réalité que dans les révélations des secrets, de plus étant physicien j’ai calculé le temps de la chute libre depuis 420 m de haut : 9.6 secondes (10 secondes pour les tours). what else?

  186. thc drug test product

    J’ai vu cette terrible attaque terroriste à la télévision. J’ai été tout simplement en état de choc, ces gratte-ciel effondrés et si rapidement! Et combien de personnes innocentes ont perdu la vie pendant que d’innocentes! Il s’agit juste d’un cauchemar!

  187. je_ne_suis_pas_folle

    Moi j’étais au travail, derrière mon PC. J’écoutais la radio en bossant, quand j’ai entendu qu’un avion s’était écrasé sur le WTC. Je suis alors allée sur le net voir les actus, en pensant que c’était une catastrophe aérienne (avion qui tombe en rade, erreur de pilotage, panne, ou autre), et là un autre avion passé dans l’autre tour, j’ai pensé que c’était fou que ça arrive deux fois de suite, si rapproché, et j’ai cru qu’il y avait un problème avec la tour de contrôle de New York et que du coup les avions se scratchaient sur la ville au lieu d’atterir, mais sur le moment, je n’ai pas pensé une seule minute qu’il s’agissait de terroristes, (ça, je ne l’ai su qu’après, aux infos. (oui, je vis au pays de Candy…)). J’étais incrédule quand quelques minutes plus tard un collègue à qui je parlais des crashs m’a dit que les tours venaient de s’effondrer par dessus le marché. Tout le monde au boulot ne parlait que de ça, mais personne ne comprenait ce qui se passait. J’ai ensuite vu des photos, et là seulement j’ai réalisé que c’était vrai, et pas un fake. Les images « animées », je les ai vu la semaine d’après chez mes parents, car je n’avais (et n’ai toujours pas) la télé.
    Je me souviens surtout de mon incapacité à imaginer les deux avions dans les deux tours, et qu’en plus elles s’effondrent pour couronner le tout. Je ferais une très mauvaise terroriste je pense… Pas assez imaginative…

  188. Arwen

    Le 11 Septembre 2001, je n’avais même pas 7 ans. J’étais malade, et ma mère m’avais laissée à la maison. Notre voisine avait gentillement proposé de me garder la journée. En tant que fille d’enseignants, j’ai toujours eu le droit à une éducation particulièrement complète. A 6 ans, j’avais déjà la notion de la guerre, de part cette éducation, mais aussi de tout ce que m’avait raconté ma grand mère sur les guerres d’Algérie et de la Seconde Guerre Mondiale.
    J’étais confortablement installée sur le canapé, recouverte de la couette de lit de mes parents, les rideaux baissées, la seule source de lumière provenant de l’écran de la télévision. Dans mes souvenirs, je revoit mon programme cesser, pour faire place à une tour d’où s’échappait un gros tas de fumé noire. Aujourd’hui, ce dont je me souviens, c’est d’un corps qui tombe du haut d’une des deux Tours. J’étais réellement choquée. Le soir, j’ai fais un dessin où on voyait des super héros attraper les corps des gens en pleins vol, qui se mettaient entre les tours et les avions, et qui les empêchaient de passer et de leur rentrer dedans. Je n’ai pas pensé du tout à un accident. Même si je n’avais pas d’idée précise de ce qu’étais les États-Unis, pour moi, c’était une attaque ( Surtout que j’ai toujours regarder avec mon père des séries qui parlaient de mort et de conflits ). Aujourd’hui, mon père ma dit que ce qu’il l’avait choqué dans ce dessin, c’était la dominance de noir et de rouge. Il dit que je n’ai cesser de lui répéter qu’il fallait l’envoyer au président des États-Unis.
    Un an plus tard, mon père était nommé en tant que directeur d’une école française en Oman, dans la péninsule arabique. Ce qui signifiait, prendre l’avion. J’en ai fait des cauchemars jusqu’au jour où, j’ai du rentrer dans l’appareil, terrorisée. Toujours en revoyant cette image dont corps qui tombait « lentement » vers le sol. A quoi on pense dans ces cas là ?

    Ça a été traumatisant. Je me rappellerais à vie cette ambiance, quasi dans le noir, camouflée a moitié par cette couette, en train de regarder la télévision. Et ce dessin que j’ai toujours.

  189. kalie

    hum , je pense que j’ai decouvert l’existance des tours du World Trade center ce jour la …
    et je pense que je n’ai reliser l’ampleur que ca a eu que depuis que je vis a new york …

  190. Séb

    J’étais dans ma voiture en train de me rendre chez un client. Et là, à la radio, j’entends cet énorme canular à la Orson Welles. Sauf que « Oh, Arthur, arrête tes conneries, n’est pas Orson Welles qui veut » (bon j’avoue, je suis Métalleux, en clair j’écoute de la musique de brutes et j’écoutais l’émission d’Arthur sur Fun Radio. Si, si, LE Arthur qui fait le crétin sur TF1 – bon, ça va, je sais que c »est la honte !!!). Sauf qu’il en fait trop et qu’au bout d’un moment je me dis que soit il est vraiment très mauvais dans son imitation de Welles soit c’est vrai et là, je n’arrive pas à le croire.
    Une fois arrivé en clientèle, je demande tout penaud à ce qu’on m’allume la télé pour vérifier. Il était 15H-15H30. Et ma journée s’est arrêtée…
    Comment la haine peut-elle en arriver à vouloir l’annihilation de l’autre ? Voilà ma première pensée. Comment l’homme peut-il être aussi barbare ? a été ma deuxième pensée. Celle qui est venue juste après est « Oh, toi, là haut, si tu existes… Tu nous a complètement loupés. Efface ton brouillon et recommence le boulot, tu dois bien être capable de faire mieux, non ?! »
    Après ça, j’ai trainé ma carcasse toute la journée. J’avais des clients à aller voir, j’ai donc fait semblant toute la journée… Et toutes celles qui ont suivi. J’ai juste conscience d’avoir appelé mes amis aux Etats Unis pour leur présenter mes condoléances dès que je suis sorti de clientèle. Même s’ils sont en Virgine, qui est bien loin de New York. Mais j’avais besoin de me rattacher à quelque chose.
    Puis je me suis relevé. Enfin… Pas complètement… L’enfant en moi qui croyait que les hommes pouvaient s’aimer est définitivement mort ce jour là. Une victime collatérale de plus.
    Et merde, ça fait 8 ans et demie et je pleure encore…
    Pourtant, ça pleure pas un métalleux… Encore moins à 35 Ans

  191. BLef

    Je revenais du bahut plus tôt que d’habitude, la radio du bus qui donne des infos, les mômes qui gueulent, j’entends rien mais je comprends qu’il y a eu un accident grave. Déjà blazé à cet âge je n’y pense plus à peine sorti du bus, je rentre chez moi, allume la télé comme d’habitude pour grignoter et paf infos sur toutes les chaînes.

    Ma mère rentre je lui dit ce qui se passe, gros blanc.
    Et…

    les tours s’effondrent.

    Je pense que c’est ce moment le pire, des tours en feu ça passe, mais des tours qui se crash en direct c’était flippant. Tu sors juste un petit « merde », te rapproche encore plus de l’écran et ta bouche déjà bien béante s’ouvre encore plus.

  192. 11 septembre 2001

    J’étais au boulot, on n’a pas beaucoup bossé ce jour là, on était scootché devant nos écrans d’ordinateur en train de se demander ce qui était en train de se passer sous nos yeux, c’est bien plus tard que j’ai compris qu’il s’agissait en fait du pire attentat jamais organisé en interne et même du pire attentat jamais perpétré …

    Depuis ce jour, je me bat pour faire ouvrir les yeux à mes proches, mais le combat est dur, les certitudes étant bien ancrées.

    Yoann

  193. Kennou

    J’étais en rééduc alimentaire, en train de m’occuper enfin de moi … libérée de toute empathie …
    Et je me suis mise à tomber en même temps que tous ces gens, à hurler avec eux, la panique dans le coeur … j’avais l’impression de mourir encore et encore …
    A côté de moi, des gens disaient des conneries, des réflexions qui ne valaient pas tripettes. Je les détestais …
    J’y pense encore beaucoup, le sentiment était si fort …

  194. Dem

    Pour moi aussi cette chanson reste gravée dans ma mémoire associée aux attentats. Incroyable similitude… Sinon, jolie la tête de mort dans le décors.

  195. cabaleb

    Ben moi j’avais 17 ans, je cherchais une entreprise pour mon contrat d’apprentissage. Je marchais en ville, j’étais passé par cash converters faire un tour.

    J’ai vu à la télé dans le magasin qu’il se passait quelque chose de bizarre, mais c’était encore confus.

    Ensuite, en passant devant toutes les boutiques, les gens étaient rivés sur les écrans, le monde semblait s’être brutalement ralenti, il y avait, jusque dans les rues, une ambiance étrange qui pesait, un peu euphorique comme si la journée avait basculé dans l’irréel.

    J’ai compris en passant devant un bar ou un kebab que NY avait été attaqué ; j’ai été éduqué dans un milieu très post 68ards, très gauchiste. J’étais de la même idéologie en somme, et j’avais hérité de l’anti-américanisme de mes ancêtres directs, et j’étais presque content que quelqu’un ai remis les USA à leur place. Excité car je sentais que le monde venait de changer.

    Je suis rentré chez moi en tout hâte, j’ai suivi, comme tout le monde, les tours qui se consumaient à la télé, jusqu’à effondrement. Et là, a commencé en moi un long processus où j’ai commencé à me poser des questions sur les choses. Pourquoi avais-je eu cette première réaction d’euphorie ? Devant un tel drame ? Bon ok, je n’avais pas encore vu l’ampleur de la catastrophe, les gens qui sautaient par la fenêtre, tout ça. Et c’est ce jour là que j’ai commencé à arrêter d’être bêtement gauchiste. D’être gauchiste tout court, d’ailleurs.

    Ca a marqué ma vie, ça c’est sûr.

  196. Carole

    Je revenais du travail. Un remplacement dans un hôpital.
    Comme mon compagnon travaillait en poste, machinalement, j’ai allumé la télé … lorsque j’ai vu les images, je me suis assise dans le fauteuil. Il était 17h00. Jusqu’à ce qu’il rentre à 21h, j’ai pleuré. J’ai pleuré de voir tous es gens se jeter des fenêtres, j’ai pleuré de voir ceux qui chercher des corps dans les décombres. J’ai pleuré aussi parce qu’un des pays les plus forts venait d’être ébranlé dans sa structure, une atteinte sur sa population civile, des gens qui n’avaient rein demandé. Des gens qui sont allés travailler comme tout un chacun et pour lesquels leur vie et celle de leur proche a basculé en quelques dizaines de minutes. Pour tous ces gens j’ai pleuré. Je savais bien que mes larmes ne leur apporteraient rien pourtant.
    Même encore maintenant. Les images que l’on nous diffuse à la télé de ce 11/09 me font toujours le même effet. Tout les ans, le 11 septembre, je pleure.

  197. flordetuxtla

    je suis rentré du boulot en fin d’après-midi, je n’avais pas écouté la radio, ni allumé la télé de toute la journée. une amie, Marie, m’a appelé.
    -tu as vu?
    -quoi?
    -allume la télé.
    -quelle chaine?
    -n’importe quelle chaine.

    et tout de suite l’image des deux tours, la fumée, les avions… j’ai comme beaucoup pensé à un teaser pendant quelques secondes.

    c’est quand le troisième immeuble, qui n’avait pas été touché, s’est effondré, que j’ai commencé à trouver ça vraiment tordu.

  198. Scarlett

    Hello Hello!
    Eh bien moi j’étais au boulot, penchée sur ma table lunineuse. Je maudissais mes charmants collègues pas très charmants qui avaient changé ma station de radio pour mettre leur daube. Et puis il y a eu ce flash info… drôle d’état d’esprit. J’avais l’impression d’être dans un téléfilm bidon Américain quand on voit un djeuns pleurer devant son écran de TV en apprenant en direct l’assassinat de Kenedy. Un peu comme toi, j’ai eu envie de sortir dans la rue. Je m’attendais presque à voir des prêcheurs pour l’apocalypse… A la place j’ai vu Jean-Marie, le conducteur de presse qui fumait sa clope et qui m’a dit « Qu’est-ce qu’tu branles, ça fait une demie heure que j’attends mes plaques pour cofidris! ». Il me semble qu’il a même craché par terre. Je suis remontée, j’ai continué mon montage et on a imprimé ce fucking boulot pour cofidris… avec un repérage très très approximatif. Impossible de me concentrer, je tremblais comme une fofolle, encore plus que qd je m’enfile un filet de babybel maxi format… c’est dire!

  199. Kyla

    11 septembre 2001. Cela faisait déjà une semaine que j’avais douze ans. Je n’ai pas retenu grand’chose de la journée, si ce n’est que ce jour-là, j’avais pris la télécommande en appuyant sur la touche Teletexte. Tout de suite, ce qui m’avait frappée, c’était ces lettres en caractères majeurs et en rouge, UN AVION S’EST ECRASE SUR LE WORLD TRADE CENTER. De 1) je me suis dis « tiens, un avion qui s’écrase », comme quoi de plus normal qui soit et de 2) c’est quoi, le World Trade Center ?
    Ensuite, le trou noir. C’était surtout le lendemain, quand j’ai retrouvé mes camarades de classe, toute contente de pouvoir leur parler d’actualité, à qui je leur lançais d’un ton joyeux ; « c’est incroyable, ce qui se passe aux States ?! » Apparemment, j’étais soit fascinée par ces deux tours en flamme, soit je ne devais pas saisir un traître instant de la gravité de la situation, vu que mes camarades m’ont fusillée du regard…
    Ce n’est qu’après m’être martelée le cerveau à regarder ces gens tombés des grattes-ciels, les tours s’effondrer, recouvrir de son épais nuage toxique la ville, les autres avions se crasher à travers tout l’est du pays que j’ai compris à quelle point la situation était grave. J’ai même pesté après coup contre ces caricaturistes qui se faisaient une joie de faire apparaître le visage de Ben Laden sur ces nuages, admirant d’un sourire son chef-d’oeuvre…
    Et hier soir, dix ans après, j’ai regardé d’un oeil plus mûr et plus critiques les scènes qui me fascinaient au premier regard et qui, aujourd’hui, me font de nouveau retourner l’estomac, à me demander comment est-ce que cela ait bien pu se produire. Le seul mot qui m’est sorti est « irréel ». Oui. Irréel. Qu’une telle chose s’est produite. Mais cela s’est produit. Sinon, comment expliquer la joie, l’Exultation même des Américains quand on leur a annoncé la mort de Ben Laden ? Comment expliquer, que tout un peuple se lève et crie victoire, à la mort d’un seul homme ?
    En voyant à nouveau ces images, New-York recouverte de cendre, comme si un volcan a fait éruption… mais non, ce n’est pas un volcan, c’est l’oeuvre d’un homme, d’un organe, qui a fait cela… Comprendre, peut-être, mais accepter de tuer 1 personne pour 3000, plus les personnes atteintes de cancer en annihilant la fumée et plus encore les soldats partis aux fronts… là, il y a de quoi discuter.

    En tout cas, voilà mon impression de ce jour.
    Sinon, dernière remarque, comme parmi tant d’autres, j’ai beaucoup apprécié l’image des trois arbres. Elle reflète bien cette sensation d’un beau jour tranquille frappé par la mort. En tout cas, joli.

  200. Garance L0b0

    Moi je rentrais du collège et j’ai mis la télé, la 1, puis la 2, puis la 3, et là j’ai compris que ce n’étais pas un film à gros budget..

  201. coach parental

    heyy! Ooh que je me souviens de cette journée! Et bien moi j’étais dans la voiture avec mon père. On allait chercher des oeufs -pour mon fameux gâteau au chocolat fait maison- et c’est là que la chanson de kylie minogue est partie en live sur la radio. On entendait que world trade center, avions, crash, Amérique qui s’effondre…

Commenter


Pour afficher un avatar personnalisé faites un tour chez gravatar !